Arrivée sur la marché américain la semaine dernière, il faut dire que la tablette ASUS Transformer Prime est/était très attendue par ses futurs acquéreurs.

Une tablette qui a tout pour plaire ou presque, avec sa large dalle tactile de 10.1 pouces en technologies Super IPS+ et Corning Gorilla Glass, une architecture quadruple cœurs de marque NVIDIA Tegra 3 (Kal-El) cadencée à 1.3 GHz, 1 Go de mémoire RAM, deux caméras : 1,2 mégapixels en façade et 8 mégapixels avec ouverture à f/2.4 et autofocus en dorsale. On y retrouve également le Wi-Fi N, le Bluetooth 2.1 + EDR, une sortie microHDMI (type D).

Pour les tarifs, on reste sur quelque chose de raisonnable face à certains prix pratiqués par certains constructeurs l’an passé. Pour l’exemple, la version 32 Go avec sa station d’accueil sera vendue 599 euros, et compter 100 euros de plus pour la version 64 Go avec la station d’accueil. Sans station d’accueil, il est donc logique de supposer qu’il sera envisageable de se la procurer à 499 euros, voire peut-être moins cher.

Mais voilà, le problème est que la société taïwanaise aurait apparemment commencé à livrer des tablettes au bootloader verrouillé. En quelques mots, l’accès au bootloader d’un appareil mobile Android, permet aux développeurs, bidouilleurs et connaisseurs d’autoriser certaines fonctionnalités qui sont habituellement inaccessibles en temps normal. Par exemple, on peut y installer un nouveau système : autre que le système officiel, on parle donc de systèmes alternatifs (rom custom), avoir un accès aux dossiers et fichiers système : utile pour les développeurs et bidouilleurs qui souhaitent avoir un accès à ces derniers pour y effectuer des tests et modifications, et beaucoup d’autres possibilités.

Selon les premiers retours des utilisateurs, le bootloader serait tout bonnement bloqué avec une clé de cryptage AES 128 bits. Pour faire simple, c’est le même procédé qui avait été employé sur certains HTC en 2011.

– Est-ce que c’est temporaire ?

  • De ce fait, ASUS débloquerait ce bootloader dans une quelconque future mise à jour ?

– Est-ce définitif ?

  • Si tel est le cas, la Prime perdra certainement beaucoup en notoriété auprès des bidouilleurs.

Soyons bien clair, nous ne sommes pas entrain de critiquer l’entreprise sur le fait qu’elle bloque un bootloader, mais nous partageons notre déception quant à cette décision qui a été entreprise par la société taïwanaise. Encore une fois, souhaitons et espérons que cette déscision ne soit pas définitive et qu’une réponse officielle sera apportée dans les meilleurs délais, qui pourrait, dans la foulée, peut-être apporter une solution au déblocage de la tablette.

Via TheNextWeb
Source Facebook