Le Galaxy Nexus violerait le modèle d’utilité du « slide-to-unlock » qu’a déposé Apple en Allemagne.

Slide-to-unlock

Il y a quelques mois, Apple a réussi à breveter le système de « slide-to-unlock » auprès des autorités compétentes américaines. C’était une déconvenue pour ses concurrents et notamment Android, qui utilise ce système depuis longtemps. Si l’appellation anglaise ne vous dit rien, il s’agit de l’action consistant à glisser un élément vers un autre pour que le téléphone se débloque. Ce brevet n’a été validé qu’en octobre dernier, mais les premiers dépôts ont eu lieu en décembre 2005, bien avant que le premier iPhone soit mis à la vente.

En position de force, le géant de Cupertino a indiqué à la cour régionale de Mannheim (Allemagne) que le Samsung/Google Galaxy Nexus enfreignait son « modèle d’utilité » (Gebrauchsmuster) sur le « slide-to-unlock ». Dans ce pays, il est possible à la fois de déposer un brevet et un « modèle d’utilité » pour une même invention. Ce dernier est un droit de propriété intellectuelle, qui est généralement plus court sur la durée de validité qu’un brevet et moins contraignant pour être validé. En Allemagne, il y a donc le brevet pour le slide-to-unlock et le modèle d’utilité (déposé en 2006).

Ce n’est pas particulièrement la nouvelle implémentation d’Android 4.0 qui est en cause, car jusqu’à présent les terminaux étaient à priori trop récents pour être accusés. Bien que Samsung soit visé par Apple, c’est plus généralement Android qui est en cause. Pour rappel, le Galaxy Nexus offre une version dépourvue de couche constructeur. Or les fabricants utilisent en partie ou dans son intégralité l’interface de base. Google devra donc agir pour éviter que d’autres constructeurs se fassent attaquer. Le cas sera examiné le 16 mars prochain, mais qui ne devrait toutefois pas stopper la faim de nouveaux procès de ces deux marques.

La défense de Samsung se portera sur la société Neonode, qui a proposé cette technologie bien avant Apple. Cet élément avait déjà été utilisé l’année dernière, lors d’un autre procès entre les deux entreprises aux Pays-Bas.

Pour ce qui est de HTC, les versions de Sense supérieures à la 3.0 utilisent une autre méthode et les terminaux Samsung proposent de glisser une page par exemple. Il existe donc des alternatives à ce système de slide-to-unlock.

Source : Electronista