Ouya, créateur d’une console sous Android proposant plus de 1000 jeux free-to-play à jouer sur nos télévisions, est de nouveau face à des difficultés financières.

Ouya

Si vous avez la mémoire courte, ou que vous n’avez jamais entendu parler d’Ouya, il s’agit d’une micro-console sous Android, vendue pour environ 129 euros en Europe. Ses constructeurs ont lancé le projet sur Kickstarter en 2013 et ont d’abord récolté plus de 8 millions de dollars sur les 950 000 demandés afin de produire l’appareil. Un joli succès s’en est suivi et de grands acteurs comme Mayfield Funds ou Nvidia ont injecté de l’argent dans la start-up afin d’accélérer son développement.

Mais à la fin de l’année 2014, on annonçait de premières difficultés pour Ouya, qui recherchait alors un acheteur chinois. C’est finalement Alibaba qui est venu au secours de la jeune entreprise, non pas en la rachetant, mais en injectant une dizaine de millions de dollars en janvier dernier afin de la remettre à flot.

Aujourd’hui rebelote, et le magazine Fortune affirme qu’Ouya est de nouveau en proie à d’importantes difficultés financières. Fortune base ses informations sur un e-mail privée de Julie Uhrman, la PDG de la firme, adressé aux investisseurs. Elle y explique visiblement que le but de la firme « est d’essayer de combler ses dettes auprès de ses investisseurs le plus vite possible ».