Les graphismes dans les jeux vidéo alimentent souvent de houleux débats sur les réseaux sociaux. Si on ajoute en plus à l’équation le match Android / iOS, la toile entière s’enflamme. Une récente étude permet d’analyser la qualité graphique de 10 jeux entre Android et iOS. Alors, quel est le meilleur OS mobile pour les jeux vidéo ?

iPhone vs Galaxy S6

En avril dernier, notre partenaire GameBench avait réalisé une étude comparative sur les performances des terminaux Android et iOS dans les jeux. Les Samsung Galaxy S6, HTC One M9 et Google Nexus 6 avaient été comparés à l’iPhone 6 dans 10 titres mobiles. L’iPhone 6 d’Apple avait obtenu les meilleurs résultats, légèrement devant le Galaxy S6 de Samsung. Toutefois, on avait pu voir que de nombreuses problématiques se posaient entre les deux écosystèmes, qui expliquaient en partie les différences entre les résultats obtenus (limites de framerate sur les jeux ou définition d’écran différente). GameBench avait rapidement abordé la question de la qualité graphique en annonçant que les deux plateformes ne délivraient pas la même qualité visuelle. Dans l’étude publiée hier, notre partenaire s’est justement intéressé à cet aspect sur dix titres en comparant la qualité de rendu sur un iPhone 6 (750p), un iPhone 6 Plus (1080p) et un Galaxy S6 (1440p).

Android devant iOS sur la qualité graphique, mais…

Sur les dix jeux testés, cinq sont plus jolis graphiquement sur le Galaxy S6 : Dead Trigger 2 ; Kill Shot ; Monument Valley ; Marvel: Contest of Champions et XCOM: Enemy Within. À l’inverse, trois jeux disposent d’une meilleure qualité visuelle sur l’iPhone 6 Plus : Asphalt 8 ; GTA: San Andreas et Real Racing 3. Enfin, deux titres affichent une même qualité graphique : Boom Beach et Modern Combat 5.

iPhone-6-Plus-GS-6-DT2

Dead Trigger 2 : iPhone 6 Plus à gauche, Galaxy S6 à droite

Ces résultats nécessitent tout de même une analyse plus profonde. Si cinq titres sont plus « jolis » sur le Galaxy S6, c’est grâce à sa définition d’écran, capable d’afficher pratiquement 80 % de pixels supplémentaires par rapport à l’iPhone 6 Plus. Faire tourner ces mêmes titres sur un terminal Full HD comme un Nexus 5 devrait conduire à une qualité équivalente à l’iPhone 6 Plus. Il n’est donc pas question ici d’effets visuels inhérents à un moteur graphique, mais simplement d’une définition d’affichage plus élevée, permise par la dalle QHD intégrée au Galaxy S6.

Des développeurs peu fair-play ?

Comment alors expliquer les trois titres dans lesquels l’iPhone 6 se place devant le Galaxy S6 ou les deux titres dans lesquels les deux terminaux sont au coude à coude ? Nous connaissons bien Real Racing 3 puisqu’il intègre notre protocole de test des performances. Sous Android, le jeu est rendu à une définition maximale de 1280 x 720 pixels, même sur un terminal Full HD ou QHD. Et comme on le voit avec Real Racing 3, un jeu HD dispose d’un niveau de détails bien moins élevé qu’un jeu rendu en Full HD. Pour aller plus loin, RR3 sur l’iPhone 6 (750p) est bien plus détaillé que le rendu 720p du Galaxy S6. On rentre donc cette fois-ci dans le moteur graphique, avec des options sûrement désactivées sous Android par les développeurs.

Ce n’est pas vraiment volontaire, mais c’est le principal point faible d’Android : un parc de terminaux différents tellement important qu’il est impossible d’optimiser le jeu pour chaque smartphone et tablette, contrairement aux développeurs iOS qui peuvent se le permettre. Le consommateur fait donc face à des situations étranges dans les quelles un puissant terminal se retrouve à faire tourner un jeu avec une faible définition ou des effets désactivés puisqu’il n’a pas été listé comme compatible par les développeurs.

iPhone-6-Plus-GS-6-GTA

GTA SA : iPhone 6 Plus à gauche, Galaxy S6 à droite

On attend donc avec impatience des jeux Android et iOS qui disposeraient des mêmes options graphiques pour une expérience visuelle commune entre les deux écosystèmes. Le mieux serait en fait de laisser le choix à l’utilisateur dans les réglages du jeu, comme ce qui se fait sur PC. On pourrait alors choisir la définition du jeu et les options graphiques à activer ou désactiver. C’est d’ailleurs ce que comptent faire les développeurs de Super Evil Megacorp avec le jeu Vainglory sous Android, afin de laisser au joueur la possibilité de choisir entre la qualité graphique ou le framerate.

Une problématique de niche ?

Pour le moment, ces considérations ne sont pas prises très au sérieux par les développeurs, notamment à cause de la taille des écrans de smartphones. Il devient en effet difficile de distinguer un jeu rendu en Full HD d’un jeu rendu en QHD sur un écran de 5 pouces. Mais la question se pose davantage pour les tablettes et elle se posera encore plus à l’avenir lorsque le smartphone jouera le rôle de hub central dans la maison et qu’il sera relié à de grands écrans. Dans ce cas, les hautes définitions seront impératives. La balle est désormais dans le camp des développeurs et de Google, puisque l’Android Extension Pack semble avoir du mal à séduire face à une API Metal d’Apple en plein essor.