Genymobile, une startup française, vient de dévoiler un projet technologique particulièrement ambitieux sur Android. Genymotion Cloud vient d’être annoncé. Avec cet outil, ils peuvent déployer Android sur des machines virtuelles dans le cloud, il est ainsi possible d’y accéder depuis n’importe quel navigateur. Nous avons testé Genymotion Cloud en version bêta, une solution qui va modifier la chaîne de développement des apps Android.

Capture d’écran 2016-04-13 à 11.43.08

Genymobile s’est spécialisé dans les outils et services dédiés à Android, un émulateur Android qui va beaucoup plus loin que ne l’ont fait jusque là Google et ses partenaires. Le projet n’est pas récent, les premiers travaux ont débuté en 2011 avec Buildroid, rapidement renommé en AndroVM et permettant d’utiliser Android 4.0 (Ice Cream Sandwich). Genymotion est désormais employé par plus de 5 millions d’utilisateurs, principalement des développeurs Android. Concrètement, de très nombreux développeurs Android utilisent Genymotion pour développer des applications.

5 millions d’utilisateurs plus tard, le cloud

Genymotion Cloud est dans la continuité de cet outil : il s’agit assurément d’un des premiers émulateurs cloud Android. L’idée qui l’anime est la même, puisqu’il s’agit de faciliter le travail des développeurs et des les équipes en charge du développement des applications, afin d’améliorer l’expérience des utilisateurs.

Comme on s’en doutait, les problématiques techniques de ce projet étaient nombreuses. Mais la plus importante, selon le COO de la firme, Matthieu Vallet, a été la gestion des performances. Les serveurs de Genymotion devaient être capables de lancer plusieurs environnements Android sur des serveurs distants, avec une expérience proche d’un terminal Android réel. C’est plutôt réussi, d’après nos premiers tests.

Capture d’écran 2016-04-12 à 11.37.25

Personnellement, j’ai pu le faire fonctionner sur Chrome sur un terminal Android (de l’Android dans de l’Android), mais l’environnement ne s’est pas lancé sur un iPhone. Un point important philosophiquement car, théoriquement, Genymotion Cloud pourrait permettre de lancer des applications Android sur iOS, ce qui est une prouesse en soi.

Les machines virtuelles fonctionnent de façon fluide, au moins à 25 images par seconde minimum. Cela permet, par exemple, de lancer des vidéos YouTube. Les performances peuvent également permettre d’obtenir des rendus 3D à base d’OpenGL.

Techniquement, l’expérience utilisateur est très proche de Genymotion, l’émulateur que l’on connaît déjà – à un détail près. En effet, il est possible de transférer dans le cloud des configurations personnalisées de terminaux Android virtuels et permettre ainsi aux développeurs travaillant sur un même projet de partager des environnements de développement locaux identiques en quelques minutes.

Capture d’écran 2016-04-12 à 11.47.01

Ce qui va néanmoins vraiment changer et faciliter le développement des applications, c’est la fonction de partage qui permet de montrer simplement son environnement ou une simple application. De quoi modifier profondément l’interaction entre les différents acteurs, comme le chef de produit, le designer l’analyste-qualité, avec les développeurs mobiles, mais aussi les clients finaux. En effet, c’est un excellent moyen de collaborer sur de vrais environnements. Il est possible de commenter, d’enregistrer des vidéos… et de partager exactement ce qui est nécessaire aux équipes techniques. Des équipes qui peuvent du coup plus facilement travailler à distance sur une base commune.

Concrètement, il est possible de partager une application ou un environnement entier à travers un simple lien envoyé par e-mail. Genymotion Cloud utilise du WebRTC pour diffuser le flux, il faut donc simplement un navigateur compatible et une connexion décente.

Capture d’écran 2016-04-12 à 11.42.29

Ce type d’outils va également permettre de modifier profondément l’interaction entre les agences et les clients, en permettant aux commerciaux et aux chefs de projet d’utiliser et de tester une application sans solliciter l’assistance des équipes techniques.

À terme, cet outil vise à accélérer le développement, et surtout améliorer la qualité des applications développées. Il pourrait également aller encore plus loin, en simulant à distance des scénarios pré-configurés, ce qui est déjà possible avec Genymotion Shell, afin d’automatiser les tests de qualité et d’intégration. Il est possible d’imaginer également le développement de différents services à destination du grand public. Un opérateur mobile pourrait très bien perfectionner son service client avec ce type d’outil.

Capture d’écran 2016-04-12 à 11.49.36

Pour le moment, le service est en bêta-test auprès de quelques clients et les évolutions sont déjà sur la feuille de route de GenyMobile : une levée de fonds prévue, une intégration avec Slack, du cloud pour les autres services de l’entreprise…

En attendant, rendez-vous en juin pour le lancement de la première version finale de Genymotion Cloud. Genymobile en profitera sûrement pour proposer une émulation d’Android N.