Derrière le nom d’Android 8.0 Oreo, il y a un partenariat entre deux géants de leurs domaines respectifs : Google et Nabisco. Une collaboration qui n’a nécessité aucun échange d’argent, mais qui devrait rapporter gros.

Il fallait s’y attendre. La nouvelle mouture du système d’exploitation a été baptisée comme l’une des marques de biscuits les plus populaires du monde : Oreo. Rien de très surprenant, on le sait : les différentes versions d’Android ont toujours eu un nom inspiré d’une friandise.

Là où cette nouvelle version se distingue un petit peu c’est que son appellation ne vient pas tout à fait de la douceur à déguster, mais plutôt d’une marque. Ce n’était pas le cas d’Android Nougat, Lollipop, Ice Cream Sandwich, Honeycomb, Cupcake… La première et dernière fois que l’OS empruntait son nom à une marque, c’était en 2013 avec Android 4.4 KitKat.

Cela induit forcément un partenariat spécial avec la marque en question, car malgré sa toute-puissance, Google ne peut pas décider unilatéralement d’utiliser ce nom librement. Surtout que la firme Mountain View aurait pu piocher allègrement dans d’autres possibilités telles que Orange Cake, Oatmeal Cookie, Orange Sherbet ou Omar (je ne lui en aurais pas voulu).

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Autrement dit, Google et Nabisco — filiale de la multinationale Mondelēz International — ont noué un partenariat où les deux parties ont beaucoup à gagner. Notez par ailleurs qu’aucune des deux entreprises n’a eu besoin de verser la moindre somme d’argent. La collaboration se résume à une pure association de marques et ne s’embarrasse pas d’un échange financier.

Quels sont les avantages d’un tel partenariat ? Pour Google comme pour Oreo, l’intérêt est de renforcer la notoriété de leur marque respective et de communiquer massivement autour de celles-ci. Et les opportunités sont multiples.

Pour Oreo

Commençons par Oreo. Déjà, même si on ne la trouve pas particulièrement réussie, la mascotte d’Android 8.0 est un superhéros avec une cape et un bouclier (en forme de biscuit). Un personnage rêvé pour communiquer sur les réseaux sociaux. On peut sans doute s’attendre à du storytelling autour de ce dernier pour narrer ses incroyables aventures… et faire de la publicité pour Oreo.

Par ailleurs, cela peut paraitre assez bête, mais le logo Oreo apparaitra sur les smartphones, à l’allumage de l’appareil ou lorsque l’on s’amusera avec l’easter egg en appuyant à répétition sur le numéro de version d’Android dans les paramètres. La marque de biscuit se retrouve ainsi dans l’objet que l’on utilise le plus au quotidien. Rappelons toutefois que la répartition des différentes versions d’Android reste un sujet sensible puisque les moutures les plus récentes ont toujours beaucoup de mal à faire oublier les plus anciennes. Mais bon, même si, à moyen terme, peu de terminaux sur le marché tourneront sous Android 8.0 Oreo, cela reste de la publicité gratuite.

Même l’annonce de la mise à jour d’un appareil, ici le HTC U11, sert de vitrine à Oreo.

Rappelons aussi qu’Oreo est plutôt créatif dans sa communication. En 2015, à l’occasion d’une éclipse au Royaume-Uni, la marque avait marqué un grand coup et diffusé une simulation de ce phénomène naturel en remplaçant le Soleil et la Lune par un biscuit. Ce jour-là, l’entreprise enregistrait un nombre de ventes record. De quoi convaincre de l’efficacité des opérations marketing d’envergure. Notez que la nouvelle version d’Android a elle aussi profité d’une éclipse pour se dévoiler.

Enfin, associer son nom à Google — même si le géant du web est régulièrement critiqué — confère à Oreo l’image d’une marque moderne et inscrite dans son époque.

Pour Google

Oreo — et Mondelēz International — ne souffre pas de la comparaison avec Google sur le plan de la notoriété. Créée en 1912, la marque est présente dans plus de 100 pays peut-on lire dans Le Monde dans un article, paru en 2012. Cent ans après ses débuts, Oreo avait écoulé 500 milliards de cookies sur la planète.

Ainsi, si par l’intermédiaire de Google, Oreo veut renvoyer une impression de modernité, la logique de la firme de Mountain View est sensiblement différente. En effet, grâce à ces friandises — et surtout via les réseaux sociaux — elle peut toucher un public qui n’est pas forcément versé dans les nouvelles technologies.

À l’occasion d’évènements spéciaux, des biscuits Oreo décorés par un bugdroid seront très certainement distribués et on ne doute pas qu’Oreo mènera régulièrement des opérations de communication dans ce sens.

Encore une fois, ce qu’il faut retenir, c’est qu’Oreo va faire de la publicité pour Google et Google va faire de la publicité pour Oreo. Les deux parties sont gagnantes. Reste à espérer que les utilisateurs soient satisfaits de toutes les nouveautés d’Android 8.0.

À lire sur FrAndroid : Android 8.0 Oreo : quelles sont les nouveautés ?