La navigateur de Honeycomb ressemble fortement à Google Chrome, autant par ses fonctionnalités, que son apparence.

Le navigateur inclus sur les tablettes Honeycomb s’inspire de Google Chrome. Le géant de Mountain View a pu apporter son expérience dans le domaine et le résultat est au rendez-vous. Au niveau de l’apparence, on distingue en haut de l’écran les onglets, avec un bouton « + », qui permet d’en ajouter un nouveau. Sur la droite, on retrouve le menu permettant d’accéder aux différentes options.

Juste dessous, on aperçoit les icônes suivant/précédent/recharger la page, la barre d’adresse et les boutons pour valider et accéder aux favoris/historique. Parlons de la barre d’adresse, qui va proposer des suggestions comme le fait le moteur de recherche, mais aussi vos favoris en relation, ou encore l’adresse directe si vous y êtes déjà allé. Vous distinguez un bouton « + », qui va permettre d’ajouter cette phrase. Par exemple, en cliquant sur le deuxième choix (deuxième capture d’écran), la barre passe de « frand » à « frandsen bank and trust ». Lorsqu’on se retrouve au milieu d’une page, la barre d’adresse disparaît. Pour la réafficher, il suffit de cliquer sur la flèche vers le bas, que l’on peut retrouve juste à côté de l’icône du site (dans l’onglet).

 

Enfin on retrouve le contenu du site. Notez que par défaut, l’user agent (le nom envoyé par le navigateur au site internet) est :

Mozilla/5.0 (Linux; U; Android 3.0.1; en-us; Xoom Build/HRI66) AppleWebKit/534.13 (KHTML, like Gecko) Version/4.0 Safari/534.13

Or la quasi totalité des sites associent Android à une version pour mobiles. Il va falloir patienter avant qu’ils se mettent à jour, pour offrir le contenu similaire à l’Apple iPad.

La navigation est très fluide. L’arrivée récente d’Adobe Flash Player tend à ralentir le défilement. A titre personnel, je l’ai désactivé, car je ne l’utilisais pas. Le multitouch est extrêmement réactif : l’iPad qui était une référence dans le domaine, va maintenant devoir cohabiter avec son concurrent. Cependant, lorsqu’une page est en cours de chargement, le multitouch a tendance à saccader. Mais cela s’explique simplement par l’intégration d’éléments manquants, qui peuvent modifier la structure du site.

Lorsqu’un site est visité, la barre d’adresse se voit ajouter une étoile. Il suffit d’y cliquer dessus, pour ajouter immédiatement le site en favoris, après avoir indiqué son dossier de stockage.

Tout comme sur les téléphones, la navigation peut-être faite de manière incognito. Cela signifie qu’aucun élément n’apparaîtra dans l’historique et que les cookies ne seront pas sauvegardés. Attention, car les téléchargements et les favoris seront conservés.

L’écran des favoris et de l’historique est partagé. Pour basculer de l’un à l’autre, il suffit de cliquer sur l’élément souhaité en haut à gauche.

Les favoris peuvent être soit représentés sous forme d’aperçus, soit d’une liste. Un clic long sur un élément affiche un menu. Il permet notamment d’ajouter une icône sur le bureau, pour y avoir accès plus rapidement, ou de définir ce site comme celui étant en page d’accueil.

Dans les options, il est possible d’activer la synchronisation avec Chrome et ne concerne pour l’instant, que les favoris.

L’historique affiche sur la gauche, trois items : Aujourd’hui/Hier/Les 7 derniers jours/Les plus visites et sur la droite les sites en question. Notez qu’il est possible de mettre un site en favoris, car on retrouve pour chacun une étoile sur la droite.

Au niveau des options globales, on retrouve la même chose que sur le navigateur d’Android 2.*.

Au lancement du navigateur, on peut lui demander (actif par défaut) de se connecter à son compte Google. Par conséquent, il n’est plus utile de devoir réinscrire deux fois ses identifiants.

Tout comme Chrome, il est possible de pré-remplir les formulaires : nom, adresse, email… L’intérêt est donc de gagner du temps.

Comme son homologue sur ordinateurs, des extensions (Labs) sont présentes. Pour l’heure, il n’est pas possible d’en ajouter, mais il en existe deux. La première permet d’afficher en page d’accueil les 12 sites les plus visités. Cela ressemble fortement au navigateur classique, sans toutefois permettre de placer les vignettes à sa guise.

L’autre labs s’appelle « Contrôles rapides » et supprime tout simplement la barre d’adresse ! A la place, il faut appuyer plusieurs secondes sur un coin de l’écran. Sur le haut, on va retrouver la possibilité d’écrire une adresse/recherche, voir les favoris, ouvrir un nouvel onglet et accéder aux options. Sur le bas, il y a précédent, recharger, suivant et l’ouverture de la zone pour écrire l’adresse.

L’idée est excellente, mais déroutera certainement les utilisateurs. A l’utilisation, le seul gain est l’affichage du site sur quelques pixels (en hauteur) de plus.

Concernant le respect des standars, il fait 100/100 au test Acid3 :

Pour SunSpider (test du moteur Javascript), le score est de 2065,9ms sans aucun onglet ouvert :

Le navigateur est donc largement amélioré par rapport à l’ancienne branche. Seulement, il est encore difficile de parler d’un respect total du html5. Par conséquent, tous les sites utilisant cette technologie ne fonctionneront pas forcément sur la tablette.

Plutôt que de longs discours, voici une vidéo de démonstration (sans Adobe Flash Player installé).