Cette semaine, nous avons interviewé France Quiqueré, une développeuse mobile qui a (entre autres) développé le jeu ARDefender. ARDefender est un shooting game en réalité augmentée qui a rencontré beaucoup de succès sur iOS. Aujourd’hui ce jeu débarque sur Android, France nous parle du portage vers Android. Un interview très intéressant !

Bonjour France, ça va ?

Oui, et toi ?

Ecoute, pas trop mal mais vivement les vacances !

Qui es-tu ?

Co-fondatrice d’une société éditant des jeux sur iOS, Android, bada. Je suis graphiste mais je m’occupe aussi du marketing, et de la gestion de la société en général.

 

Quel est ton smartphone principal ? Ta tablette ?

En ce moment l’iPhone 4 et la Galaxy Tab 7 que j’ai flashé hier en 2.3.3, mais étant donné qu’on est développeur on a beaucoup de machines à notre disposition, je change souvent.

Qu’est ce que ARDefender ?

C’est un shooting game en réalité augmentée qui est déjà sorti sur bada et iOS. Il a été téléchargé plus de 400 000 fois sur ces deux plateformes.

Comment cela fonctionne-t-il ?

On demande au joueur d’imprimer ou dessiner un tag qui sert de repère dans l’espace. Une tour apparaît au centre du marqueur, elle est surmontée d’armes, qui permettent de tirer sur les ennemies qui arrivent aux quatre coins du bureau. Pour les viser, il suffit de bouger le téléphone dans l’espace.

Quelle est son histoire ?

Tout à commencé en 2008 quand nous avons voulu explorer les possibilités d’une technologie appelée la réalité augmentée. Nous avons trouvé plusieurs bonne idées, mais elles impliquaient toutes un temps de développement long et coûteux. ARDefender est un jeu simple qui nous permet de tester la techno et de faire remonter tout un tas d’informations qui nous serviront pour le jeu Kweekies, à venir dans quelques mois, un jeu de vie artificielle et de combats incluant pas mal de mini-jeux.

A qui s’adresse ce jeu ?

Aux curieux, aux technophiles, aux gens qui veulent voir quelque chose de nouveau. ça marche sur les enfants comme sur les adultes, mais notre public est comme souvent assez masculin 🙂

Peut-on vraiment impressionner ses amis ?

On a eu beaucoup de retours de gens qui l’ont acheté pour impressionner leurs collègues. Visiblement ils en étaient satisfaits. C’est toujours marrant la première fois. On a fait en sorte que depuis la 1.5 que le jeu ne s’arrête pas à cette première impression. Nous avons mis en place des mécaniques de gameplay qui poussent le joueur à continuer l’expérience. On peut débloquer de nouvelles tours, utiliser un armageddon, faire apparaître des drones, récupérer des munitions…

Quelles technologies utilises-tu ?

C’est une technologie maison basée sur la reconnaissance d’image, ça n’utilise pas le gyroscope ou l’accéléromètre, du moins dans ARDefender.

Quelles difficultés as-tu rencontré lors du portage ARDefender sur Android ? Quelle est la différence avec iOS par exemple ?

Globalement Android est pour nous une plateforme beaucoup plus difficile et immature.

Historiquement, la première difficulté vient du fait que Google ait décidé au lancement d’Android que toutes les applications (dont les jeux) devaient être développées uniquement en Java, ce qui, avec du recul, est non seulement absurde mais largement contraire aux qualités d’ouverture que l’on pourrait attendre de Google.

Devant la bronca d’un grand nombre de développeurs de jeux, Google a progressivement ajouté de nouvelles possibilités, notamment avec les différentes révisions du SDK, mais on peut dire que cela s’est fait à reculons et que la qualité et surtout la stabilité des APIs fournies aujourd’hui en souffre de façon assez nette.

En effet, les bugs et incohérences sont résolus petit à petit mais seulement sur les dernières versions, que l’on ne peut raisonnablement pas viser car la majorité des utilisateurs n’en bénéficient pas encore.

Voici un exemple assez ahurissant : sous Android, quand l’application perd l’affichage plein écran (par exemple lors de l’affichage d’une pop-up ou d’une sortie temporaire de l’application), si celle ci utilise Opengl-ES, l’ensemble des ressources allouées sont détruites et doivent être reconstruite lors du retour de la pause, et cette « feature » est justifiée par le fait qu’il existe certains vieux chipsets qui ne permettent pas de gérer plusieurs contextes OpenGL.

Dans la pratique, il existe des hacks pour résoudre ce problème, des hacks qui impliquent de fouiller les sources d’Android pour dupliquer certaines classes et les corriger, cependant ces hacks ne sont pas suffisamment documentés pour êtres utilisés tels quels, dans notre cas par exemple nous n’avons pas encore trouvé de solution efficace à ce problème.

Pour être parfaitement francs, travailler sur Android nous donne l’impression de travailler sur un OS en beta, bourré de bugs et d’incohérences, sans parler des problèmes d’over-engineering, en effet les employés de Google semblent avoir la fâcheuse tendance de trouver des solutions inutilement complexes et fastidieuses aux problèmes les plus simples.

iOS et Bada, par contraste, nous posent nettement moins de problèmes.

ARDefender fonctionne t-il avec tous les androphones ?

Malheureusement non, la particularité d’ARDefender est qu’il nécessite un accès rapide au flux caméra, et la façon d’obtenir ce flux diffère considérablement d’une machine à l’autre, la fragmentation est bien pire que ce à quoi nous nous attendions, nous essayons donc de tester et debugger au cas par cas, en mettant la priorité sur les devices les plus vendus comme les Samsung Galaxy S et S2, sur lesquels le jeu fonctionne de façon très satisfaisante.

Hélas nous n’avons pas les moyens de tester le jeu sur l’ensemble des 621 appareils existants.

As-tu d’autres projets dans les cartons ? Si oui, sur Android ?

Oui, maintenant que notre middleware fonctionne sur Android nous visons une sortie simultanée de nos prochains titres sur iOS et Android, notre prochain jeu est en phase finale de debug et doit sortir pour Noël, il s’agit d’un shoot-em up vertical, un bullet hell old-school dont nous sommes assez fiers.

Il paraît que tu es Samsung Mobiliers, qu’est ce que c’est ? 🙂

Un programme initié par Samsung Corée il y a déjà quelques années. En France, c’est la deuxième édition. Il s’agit pour Samsung d’identifier des ambassadeurs pour la marque, à qui seront confiés des missions, voir de la promotion de produits sur les salons comme au MWC, IFA, CTIA. J’ai fait plein de rencontres grâce à cette expérience, je suis même allée en Corée du Sud 🙂

Et pour terminer, tradition oblige, as-tu un mot pour la fin ?

J’aimerais tellement que Google fasse un peu plus pour les développeurs d’apps sur Android ! Faire un bon jeu mobile coûte cher, dans notre cas autour de 50 000€. Je pense que peu de développeurs rentre dans leurs frais. Il y a tellement à faire pour améliorer cela.

Merci France ! N’hésitez pas à télécharger son jeu sur l’Android Market, seulement 0,99 euros !