Android Wear 2.0 est une mise à jour encore attendue par de nombreux utilisateurs. Pour continuer de patienter, nous vous proposons de revenir sur les nouveautés de la mise à jour, les différences avec les précédentes versions d’Android Wear et ce qu’elles apporteront au quotidien.

En tant qu’utilisateur d’Android Wear depuis ses débuts, j’ai pu observer les évolutions du système. Évolutions qui ont cessé depuis quelques mois. Mais Android Wear 2.0 est arrivé et il a la lourde tâche de rendre les montres connectées pratiques et utiles.

Nous allons voir ensemble quelles sont les nouveautés du système pour montres connectées et étudier les bienfaits que ces nouveautés peuvent potentiellement apporter à l’utilisateur quotidien.

Une interface pensée avec les rondeurs

La plupart des montres Android Wear d’aujourd’hui sont rondes. En partant de ce constat, Google a fait le choix de repenser la navigation et l’affichage en prenant en considération les écrans ronds.

A gauche 1.X, à droite 2.0

Un choix particulièrement judicieux, Google profitant de ce form factor pour afficher plus d’informations. Le lanceur d’applications ne permet pas d’afficher plus de 3 icônes sur les versions précédentes d’Android Wear. La version 2.0 permet d’afficher 5 icônes, en utilisant intelligemment les bordures de l’écran.


Cette mise à jour met aussi l’accent sur les complications. Ces petits widgets sont affichés sur le cadran choisi et affichent différentes informations comme le nombre de pas, les prochaines entrées de l’agenda ou la météo. Il est possible de basculer entre un cadran et un autre d’un simple balayage, ce qui permet d’adapter les informations affichées aux différentes situations d’une journée.

À lire sur FrAndroid : Android Wear 2.0 : la liste des montres mises à jour

Que ce soit esthétiquement ou ergonomiquement, Wear 2.0 est plus mature et mieux réfléchi que ses prédécesseurs. Les anciens utilisateurs devront changer leurs habitudes, mais pour le mieux.

 

Les applications natives

La version 2.0 d’Android Wear apporte avec elle les applications natives. Pour ceux qui ne savent pas de quoi il retourne, une petite explication s’impose.

Jusqu’à présent, une application téléchargée sur le Play Store, comme LinkedIn Pulse, ne peut pas fonctionner si la montre n’est pas connectée au téléphone qui dispose aussi de l’application. C’est comme si la montre fonctionnait comme un Chromecast : un outil pour déporter du contenu stocké sur le téléphone. D’autres rares applications peuvent fonctionner en partie sans téléphone, mais jamais totalement indépendamment de ce dernier.

Lifeline Silent Night ne veut pas se lancer sans une première connexion

Les applications natives quant à elles s’installent entièrement sur la mémoire interne de la montre. Plus besoin d’être connecté à son smartphone pour en profiter. Et grâce à cela, il est possible de parler réellement de montre intelligente plutôt que de montre connectée.

En pratique, cela permet d’utiliser sa montre même si son téléphone n’a plus de batterie, ce dernier ayant tendance à se décharger plus vite qu’une montre. D’après Google, de nombreuses applications natives sont disponibles sur la section du Play Store dédiée à Android Wear. Ce qui nous amène au point suivant.

 

Le client Play Store intégré

Pour rendre les montres plus indépendantes vis-à-vis de nos smartphones, Google a décidé de proposer un client du Play Store directement pour Android Wear, disponible depuis nos poignets.

Avant Android Wear 2.0, il fallait passer par son téléphone pour installer des applications qui pouvaient alors s’exporter sur nos montres. L’idée avait alors du sens, mais Google a dû revenir sur son idée initiale pour pouvoir proposer un OS cohérent avec son intention d’affranchir les montres intelligentes.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

En revanche, comme on peut le voir sur la vidéo ci-dessus, la navigation est loin d’égaler ce que propose le client Android du Play Store sur un écran de 5 pouces. Dans les faits, il est très probable que la plupart des utilisateurs continuent d’installer des applications sur sa montre par le biais de son smartphone. Il faut néanmoins reconnaître l’effort de Google pour proposer aux utilisateurs d’Android Wear plusieurs options qui ne manqueront pas de satisfaire tout un chacun.

 

Les notifications et méthodes de saisie

Probablement le centre névralgique des montres intelligentes, les notifications ont aussi été améliorées dans cette mise à jour décidément très généreuse. Directement depuis la notification, une action est accessible, généralement répondre. Auparavant, il fallait naviguer entre les différentes interactions possibles, ce qui est aussi fastidieux que ça en a l’air.

Dans un autre registre, les notifications n’affichent plus une photo en arrière-plan, mais plutôt une couleur unie. Si esthétiquement le résultat est moins aléatoire, on peut regretter qu’il ne suffise plus d’un coup d’œil pour identifier la notification. C’est particulièrement dérangeant quand on reçoit un nombre important de notifications dans la journée.

3 manières différentes de répondre à un message. Il est aussi possible de dicter le texte.

Pour en revenir aux réponses, Wear 2.0 propose 3 manières différentes de saisir un message. La première, la saisie vocale, est bien connue des utilisateurs de longue date. Les deux autres, le clavier et la reconnaissance de caractères, font ici leur apparition.

Il faut se faire une idée soi-même de la saisie avec ces méthodes, mais on ne peut que saluer le fait que nous ne sommes plus obligés d’énoncer sa réponse à voix haute. Une discrétion bienvenue qui permet aux utilisateurs de Wear d’utiliser leur montre comme un véritable outil de communication.

 

Google Fit, pour les amoureux/amoureuses du sport

Les bracelets d’activités sont très populaires, surtout quand ils dénoncent les tricheurs. Google continue donc de miser sur le côté fitness de son, système, en proposant un fonctionnement amélioré. Votre montre Android Wear 2.0 peut reconnaitre quelques activités automatiquement. Plus besoin de renseigner à l’application que l’on se lance dans une séance de pompes, la montre se chargera de suivre notre effort… sans effort.

Et si vous avez pour habitude d’écouter votre musique d’entrainement depuis votre montre, mais que les applications récemment installées ne laissent pas de place à vos morceaux, vous serez ravis d’apprendre que Wear 2.0 permet le streaming de musiques directement depuis la montre. Il vous suffit de connecter votre montre à un réseau Wi-Fi ou cellulaire.

 

Android Pay et Google Assistant

Voilà deux fonctions que j’attends avec une certaine impatience. La première permet tout simplement de régler ses achats en présentant son poignet devant une borne, mais n’est pas encore arrivée en France, les banques étant encore réticentes. À cela s’ajoute la condition d’avoir un téléphone non modifié pour en profiter.

À droite, on peut voir Google Assistant en action.

Google Assistant, qu’on ne présente plus, est un assistant virtuel qui a le potentiel de donner une véritable utilité à nos montres. Avec son retour vocal pertinent, Assistant est en mesure de nous fournir des réponses à nos sollicitations du quotidien. En pratique, nous aurons de moins en moins de raisons d’avoir à sortir nos téléphones, que ce soit pour chercher une information, répondre à un message ainsi que plein d’autres interactions possibles.

 

Conclusion

Android Wear 2.0 est la mise à jour que l’on n’attendait plus. Après de nombreux mois sans réelle évolution, Android Wear entre dans la maturité et peut se targuer d’être esthétique. Les nouvelles fonctionnalités ajoutées, couplées à la prise d’indépendance de nos tocantes, ouvrent la voie à une utilisation plus complète et utile des montres intelligentes.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Il ne nous reste plus qu’à espérer que cette mise à jour arrive le plus tôt possible sur les modèles déjà en vente et que Google continue aussi activement le développement d’Android Wear.

À lire sur FrAndroid : Deux semaines avec la LG Watch Sport et Android Wear 2.0