Les assureurs sont actuellement en train de travailler sur une application Android et iOS pour remplacer le constat à l’amiable sur papier. Elles devraient être disponible dès l’année prochaine.

grid constat amiable

Les constats à l’amiable, ces papiers que tout automobiliste se doit de posséder dans la boîte à gants de sa voiture en cas d’accident, vont peut-être disparaitre pour être remplacés par des applications. C’est en tout cas ce sur quoi travaillent actuellement différentes association d’assureurs, qui désirent accélérer les procédures de remboursement des « sinistres » automobiles et surtout réduire le nombre de papier à traiter. Ces papiers sont à la fois coûteux pour les assureurs et ralentissent l’arrivée des experts ou la prise en charge du véhicule par un garage.

Selon Les Echos, qui révèle l’information, le e-constat devrait arriver dès l’année prochaine sur l’App Store d’Apple et le Play Store de Google. Ils prendront la forme d’une application à télécharger gratuitement sur son téléphone. Cette application permettra de pré-remplir certains champs comme le numéro d’assuré ou le numéro de la plaque d’immatriculation. En cas d’accident, l’application guidera alors les sinistrés pour remplir correctement les champs du constat et proposera même de joindre des photos de l’accident ou un croquis de la situation. Pour signer le constat, il suffira simplement alors d’apposer son doigt sur l’écran et d’envoyer le constat directement à l’assureur concerné. Un SMS ou un email viendra ensuite confirmer la bonne réception des documents.

Le e-constat, document d’avenir ?

Le e-constat, puisque c’est le nom que comptent donner les assureurs à cette application, existe pour le moment uniquement au Pays-Bas depuis 2011. Et il ne représente là-bas que 5% des constats émis. Gerard Andreck, le président du Gema et de la Macif indique aux Echos : « Nous aurons aussi un gros travail de communication à faire pour expliquer aux assurés que le e-constat aura autant de valeur que le constat papier. On sait déjà que la vitesse d’appropriation par les assurés ne sera sans doute pas très rapide. » Hormis les Pays-Bas, seule la France semble s’intéresser à la dématérialisation du constat.

Dernières précisions, le e-constat ne sera valable qu’en France métropolitaine et dans les DOM-TOM, et uniquement entre deux véhicules immatriculés et assurés en France. Les assureurs précisent également que la conception et la mise en place de ces applications n’entraînera pas de surcoût aux assurés. A priori, cette innovation ne devrait donc ni augmenter le coût de l’assurance auto, ni rendre le constat dématérialisé plus cher que son homologue papier. Si l’expérience s’avère concluante, il est également possible que le e-constat soit ensuite utilisé pour d’autres types de sinistres, comme les dégâts des eaux.