L’application pour automobilistes iCoyote va devenir gratuite à partir de ce mardi 6 mai. En partie du moins, puisqu’après une période d’essai d’un mois, les utilisateurs devront s’acquitter d’un abonnement mensuel de 11,90 euros.

Capture d’écran 2014-05-06 à 11.45.13

Officiellement, iCoyote est un avertisseur de « zones de danger ». Officieusement, c’est un avertisseur de radars et de contrôles policiers, bien que les informations fournies aux automobilistes ne soient pas suffisamment précises pour les localiser avec exactitude. Le PDG de la firme, Didier Quillot, a annoncé que l’application deviendrait gratuite à partir d’aujourd’hui, alors qu’elle se vendait initialement au prix de 1,79 euros sur les portails d’applications. Plus précisément, son installation deviendra gratuite, avec en prime un premier mois d’utilisation offert. Après ce délai, les utilisateurs pourront choisir de s’en débarrasser, ou de souscrire à un abonnement mensuel de 11,90 euros, avec même quelques options supplémentaires payantes (affichage en continu des limitations de vitesse pour 9,99 euros). Il existe également des abonnements à l’année pour 49,99 euros dont six mois offerts, ou de deux ans pour 89,99 euros avec un an offert.

Le nouveau modèle économique de Coyote va donc continuer de reposer sur les abonnements, mais aussi sur le « taux de transformation ». Actuellement, 10 % des 2,6 millions de fois où l’application a été téléchargée se sont transformés en abonnement. Didier Quillot veut maintenant faire grossir ce chiffre, et atteindre dans l’idéal les 30 %. Le groupe prévoit ainsi un chiffre d’affaires 2014 qui dépasserait les 100 millions d’euros.

Et ces changements ne sont pas anodins. En effet, cette formule 2014 d’iCoyote a pour but de venir concurrencer des services tels que Waze, la start-up israélienne rachetée en juin dernier par Google. Waze est une application communautaire, permettant d’avoir des indications sur les bouchons, les accidents, ou encore la présence de forces de l’ordre. Pas rancunier, Coyote a visiblement déjà conclu « un accord pour être dans le système de Google », rapporte Les Echos, et est en pourparlers avec Apple pour intégrer le système embarqué CarPlay. Une position « agnostique en termes de plate-forme » qui va très bien à la firme.

Ci-dessous, l’application disponible sur le Play Store (mise à jour vers une version gratuite dans la journée) :