Les speedtests sont-ils réservés aux plus technophiles ? C’est en tout cas le constat que semble faire DegroupTest, l’éternel concurrent de Speedtest.net. La firme française propose désormais une nouvelle application simplifiée mais aussi tournée vers l’expérience utilisateur plutôt que vers des résultats théoriques : elle prend le nom de nPerf, et ne cache pas ses ambitions.

nPerf

Jusqu’ici, DegroupTest proposait un fonctionnement simple : il s’agissait, à un point donné, de mesurer le débit que l’utilisateur est susceptible d’obtenir avec son opérateur mobile, ainsi que de mesurer son ping. Des données simples que nPerf se propose aujourd’hui d’enrichir, dans deux optiques : simplifier la lecture des résultats de ces mesures, mais aussi les adapter aux usages des terminaux mobiles. L’équipe DegroupTest lance donc aujourd’hui une nouvelle application, qui fonctionnera dans un premier temps en parallèle de l’application éponyme avant de la remplacer entièrement sur le Play Store. Son modèle économique est classique : il s’agit d’une app gratuite, assortie de publicité que l’on pourra faire disparaître par le biais d’un achat in-app.

nPerf

Au lieu de fournir uniquement un test de débit global (ce qu’il propose naturellement), l’app nPerf teste plusieurs usages précis : le visionnage de vidéos sur YouTube (avec la possibilité de régler leur définition), la navigation web (dans ce cas, elle s’appuie sur une sélection de sites : Google, Facebook, Wikipedia, Yahoo et LeBonCoin), le tout réalisé en multithread (jusqu’à 1 Gbps) pour rester au plus près d’usages réels. Naturellement positionné face à Ookla, propriétaire de l’application Speedtest, nPerf met l’accent sur la gestion de ses propres serveurs, et assure que l’optimisation de son fonctionnement permet de consommer jusqu’à moitié moins de data lors des tests : l’idée de l’app, c’est de vous faire revenir régulièrement sur ses pages, et le mieux pour cela, c’est encore de ne pas consommer votre fair-use à la vitesse de la lumière. Quant à nous, nous l’avons testée, et il faut avouer que son interface est claire, et que le test prend peu de temps : en ce sens, il pourra nous faire revenir régulièrement.

nPerf

Mais ce qui intéresse ici, ce sont les ambitions de nPerf. Il ne s’agit pas pour l’app de se contenter de résultats ponctuels, mais de fournir une base de données collaborative et comparative. Car lorsque l’on réalise un test complet, on obtient un score global qui n’évoque pas grand-chose (le débit pondéré par les performances en navigation et en streaming vidéo). Il prendra tout son sens si et seulement si l’application parvient à fédérer suffisamment d’utilisateurs pour qu’ils puissent évaluer leurs performances par rapport à d’autres. Dans la prochaine version de nPerf (sa v2.1), les développeurs prévoient l’intégration d’un filtre permettant de classer ses résultats en fonction de son opérateur, mais aussi de son modèle de smartphone, afin que l’utilisateur sache où il se positionne. En marge de ce test global, l’évaluation du débit avec le smartphone est toujours d’actualité, assortie de possibilités de partager ses résultats sur les réseaux sociaux, par email ou dans des messages.

Vers l’infini et au-delà

nPerf ne veut pas s’arrêter à la France. L’app compte se lancer sur le marché européen d’ici la fin de l’année 2014, avant d’intervenir en Amérique du Nord et dans le reste du monde. Il s’agira alors de concurrencer des poids lourds du secteur, et – plus intéressant peut-être pour l’utilisateur – de comparer les performances de son réseau par rapport aux pays voisins. Jusqu’ici, DegroupTest revendique 350 000 téléchargements et 5 millions de tests réalisés, quand Ookla et son Speedtest dépassent les 10 millions d’installations. Il reste donc au petit poucet du secteur bien du chemin à parcourir, mais son application « nouvelle version » constitue un premier pas intéressant pour se faire une petite place au soleil.