Dans l’univers déjà surpeuplé des services de messagerie, Heyy There se veut une offre originale et ludique. L’application propose en effet une messagerie géolocalisée : pour le lire, votre correspondant devra avoir rejoint le lieu que vous aurez désigné au préalable. De quoi faire courir vos proches !

Heyy There

Une application de messagerie, à l’heure où des WhatsApps ou WeChat dominent le marché, voilà qui manquerait d’originalité. Heyy There emprunte une voie détournée pour s’investir dans ce domaine : celle des message géolocalisés. Heyy There s’appuie sur le GPS du téléphone, au moins chez le destinataire, puisque celui-ci ne recevra son message que lorsqu’il aura atteint un lieu prédéfini par son expéditeur. Fort heureusement, il sera tout de même prévenu qu’un message l’attend en un endroit particulier, et pourra l’ouvrir dans un rayon de 200 mètre autour de la destination préalablement fixée. On imagine tout à fait les usages : le mobinaute pense à un proche dans un lieu précis, et lui envoie un message qui lui sera destiné lorsqu’il y passera lui aussi. Ou s’il souhaite envoyer un mot d’encouragement à son conjoint lors d’un rendez-vous sur son lieu de travail, il pourra faire en sorte que le message ne soit reçu qu’à son arrivée sur les lieux.

Heyy There n’est pas tout à fait inconnu au bataillon. L’application nous vient de Raphapps, la société issue d’un autre projet qui avait fait parler de lui en début d’année, Speekr. L’app, toujours dans le domaine de la messagerie localisée, avait été soutenue par l’accélérateur Microsoft, mais aussi par Alcatel One Touch. Le site de Speekr indique que « malgré votre soutien et vos messages au long de cette aventure, l’aventure Speeker se termine hélas ». Pour mieux renaître sous un autre nom et, cette fois-ci, après une période de bêta, s’offrir une réelle disponibilité sur le Play Store, contrairement à Speeker qui devait être lancée directement sur Android et iOS. Côté modèle économique, c’est encore flou : l’application est gratuite mais, au temps de Speeker, il était question d’ajouter un système de stickers payants à l’app : reste à voir si ses créateurs comptent retenir leurs anciennes idées.