Pushbullet, dont l’application est très régulièrement améliorée, accueille actuellement une nouvelle mise à niveau. Celle-ci lui apporte un chiffrement de bout en bout à même de rassurer les plus férus de sécurité des données.

Chiffrement

Tandis que le https était déjà disponible sur l’application de continuité entre ordinateurs et smartphones, Pushbullet fait un nouveau pas dans la sécurisation des données de ses utilisateurs. L’application Android (et iPhone), compatible avec PC et Mac, pour les navigateurs Chrome, Firefox et Safari, annonce aujourd’hui une mise à jour attendue : l’ajout du chiffrement de bout en bout (end-to-end encryption) dans le cadre du mirroring des notifications, du copier-coller universel ainsi que dans le cadre des SMS. Le but ? Que les contenus de l’utilisateur n’apparaissent pas en clair, malgré l’usage du https, si d’aventure Pushbullet voulait y jeter un œil.

Ce chiffrement s’appuie sur l’algorithme AEX-256 avec l’authentification GCM, et permet que les données soient chiffrées sur le terminal émetteur, et ne puisse être déchiffrées qu’une fois arrivées sur l’appareil destinataire. Il nécessite que l’utilisateur définisse un mot de passe (dans les paramètres de l’application) et le saisisse au départ et à l’arrivée de son contenu, en gardant à l’esprit que puisqu’il n’est pas stocké, il lui faudra le saisir à chaque nouvelle utilisation.

Pour l’heure, cette nouvelle option n’est disponible qu’à partir de la version 16.5.4 de Pushbullet pour Android, utilisée avec Chrome (v.264 au minimum) ou l’application de bureau pour Windows (v.360 au minimum), tandis que les Mac, l’application iOS et les navigateurs, Opera, Safari et Firefox doivent encore attendre. Notez que sur Android, la mise à jour améliore également la rapidité d’affichage des SMS et apporte la possibilité de supprimer plusieurs pushs à la fois.