David Marcus, responsable de Facebook Messenger, a fait quelques confessions au magasine Wired à propos de M, le prochain assistant personnel du réseau social, actuellement en cours de test au sein de l’entreprise.

M

Mr. Robot

Facebook prépare un assistant personnel, ce n’est pas une nouveauté. Déjà évoqué dans le courant du mois de juillet et connu sous le nom Moneypenny, il prend de la consistance aujourd’hui et répond à un nom désormais bien plus court : M. Le réseau social a dévoilé de premières captures d’écran de ce à quoi ressemblera l’assistant, basé sur des interactions écrites. À la différence de Siri ou Cortana, on ne pourra pas interagir avec lui de manière vocale, mais discuter avec lui comme avec un ami pour lui soumettre des requêtes. On se rapproche ainsi d’un service de conciergerie, d’autant que ce n’est pas seulement un robot qui est susceptible de répondre, mais bel et bien des humains.

Ces interactions avec des êtres vivants vont permettre d’effectuer des tâches plus variées et surtout plus personnelles. Comme le montre un des screenshots, il sera possible de demander à M de vous aider à commander des fleurs pour un proche, des conseils pour vos sorties dans telle ou telle ville, ou encore de trouver une plage susceptible d’autoriser la présence d’animaux de compagnie. Ainsi, Facebook promet que M sera beaucoup plus complet que les autres assistants personnels. Il sera d’ailleurs intégré au sein de Messenger et accessible via un bouton situé sur la page d’accueil de l’application.

Une source de revenus

Les humains qui répondront aux requêtes sont appelés M trainers, et devraient voir leur nombre croître dans les semaines qui suivront le lancement du service aux États-Unis. Des emplois coûteux qui seront compensés (normalement) par l’argent que finira par rapporter ce service finalement gratuit pour les utilisateurs. En tant qu’ancien PDG de PayPal, David Marcus, l’actuel responsable des activités de Messenger, compte monétiser M. Cela devrait passer par des partenariats avec certaines marques ainsi que des commissions sur les transactions effectuées après des requêtes passées via M. Les équipes de M trainers pourraient ainsi être complétées par des employés de certaines entreprises partenaires.

Pour le moment, la fonctionnalité est encore en cours de test auprès des employés de Facebook, mais il ne faudra plus attendre longtemps avant que les utilisateurs anglophones de Messenger puissent s’y essayer. Pour les autres, on prédit une attente bien plus longue.