Les VTC sont aujourd’hui appelés à manifester dans Paris contre de récentes décisions de Manuel Valls, et le trafic risque d’être perturbé dans la capitale. À moins que tous les VTC ne suivent pas ce rassemblement organisé par les chauffeurs LOTI, une catégorie à part dans le monde des chauffeurs privés.

Uber Paris

Appel à manifester

C’est au tour des VTC de manifester. Après le rassemblement des taxis, qui s’opposent aux VTC et particulièrement à Uber, la riposte s’organise puisqu’une manifestation est en cours. Une manifestation relayée et soutenue par Uber, Chauffeur-Privé ou encore Snapcar. Les firmes ont d’ailleurs alerté leurs clients hier soir.

 

Bonjour,

Nous vous écrivons pour vous informer que le service sera très probablement perturbé demain. En effet, des associations de chauffeurs professionnels organisent un rassemblement à Paris ce mercredi 3 février à partir de 11h, entre la gare Montparnasse et l’esplanade des Invalides.

Ils s’opposent à une décision récente du Premier ministre qui :

    • Empêche 10 000 chauffeurs professionnels de travailler, mettant leurs emplois en danger à court terme, alors même qu’ils disposent d’autorisations administratives de transport de personnes délivrées par l’État depuis des années
    • Bloque la réforme des VTC : depuis le 1er janvier, plus aucune autorisation n’est délivrée pour devenir chauffeur, alors que le secteur peut créer 70 000 emplois selon le rapport parlementaire Thévenoud (avril 2014)
    • Demande à nouveau des contraintes supplémentaires sur l’activité des VTC

Nous vous tiendrons informé(e). Si vous désirez en savoir plus, nous vous encourageons à échanger avec votre chauffeur lors de vos prochaines courses afin de comprendre les enjeux et connaître son opinion sur le sujet.

L’équipe Uber

Le cas des chauffeurs LOTI

Les décisions du gouvernement qu’évoque cette lettre d’Uber, c’est notamment la demande faite aux applications de réservation de rayer les chauffeurs LOTI (Loi d’orientation des transports intérieurs) de leur base de données. Une décision qui menacerait 10 000 emplois selon le syndicat qui représente les LOTI puisque les courses faites sur ces plateformes « représentent 70 % du chiffre d’affaires ». En théorie, ces LOTI peuvent transporter des groupes, entre deux et neuf personnes, mais pas des personnes seules.

A lire : Valse des alliances chez les VTC

Pour l’heure, la manifestation ne semble pas très suivie du côté des « VTC classiques » puisque la disponibilité des chauffeurs est tout à fait normale sur l’application Uber. D’ailleurs, le syndicat SCP/VTC – Unsa des chauffeurs privés a refusé de manifester avec les chauffeurs LOTI, qui suivent une formation moins longue et moins coûteuse, et à qui il reproche notamment de dissimuler des emplois sous le statut d’auto-entrepreneur.