Facebook a créé une équipe interne pour lutter contre la baisse du partage de contenus personnels (statuts, photos personnelles…), le réseau social ayant constaté que ses utilisateurs sont de moins en moins enclins à déballer des bribes de leur vie sur leur profil.

Marck Zuckerberg

Alors que Mark Zuckerberg s’affiche aujourd’hui en empereur triomphant en Une du magazine The Economist, Facebook fait face à un fâcheux dommage collatéral. Se voulant de plus en plus plateforme de partage de contenus généralistes, le réseau social s’éloigne de sa vocation première : permettre à ses utilisateurs de partager leur vie.

D’après un rapport interne à Facebook, relayé aujourd’hui par The Information, les équipes de Facebook ont constaté en ce début d’année une baisse de 15 % du « partage de diffusions originales », l’appellation interne pour ce genre de contenu, par rapport à l’année passée. D’après le média, Facebook a remarqué que « seulement 39 % des utilisateurs hebdomadaires actifs partagent du contenu original dans la semaine », et travaille à la mise en place d’une équipe spécialisée pour contrer le déclin de ses partages. 

Facebook-Messenger-Photo-Magic-Android

Pourtant, les chiffres avancés par la firme ne font pas état d’une baisse des partages de contenus, quels qu’ils soient. Sans pour autant fournir de détails, un porte-parole de Facebook a expliqué à Tech Insider que « le niveau global de partage est resté non seulement fort, mais similaire au niveau des années précédentes ». 

On faisait récemment état d’une profonde mutation au sein de Facebook, qui couvre de plus en plus le spectre d’utilisation du web par les internautes. Le réseau social se veut plateforme média (photos, vidéos, live vidéos, articles…), vecteur de communication (rachat de WhatsApp, développement de Messenger…), ou encore moteur de recommandations. Et il ne devra pas s’étonner que son usage premier se perde un peu.