Près d’un an après être sorti sur iOS, Harvest Moon : Seeds Of Memories vient d’arriver sur le Play Store. La célèbre simulation de quotidien de fermier dispose d’une première adaptation honorable sur mobile.

harvest moon android

Si vous êtes amateurs de jeux japonais, Harvest Moon n’est sûrement pas un titre inconnu. Il faut dire que depuis le milieu des années 90, Harvest Moon propose aux joueurs de prendre de faire prospérer une propriété agricole. Pour sa première adaptation sur mobile, ce Harvest Moon: Seeds Of Memories ne s’en sort pas trop mal. Tout commence avec la création d’un fermier (ou fermière) dont le but sera de reprendre une ferme à l’abandon et de la réintégrer à un village qui avait oublié son existence.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

unnamed

Au joueur de faire en sorte que cette ferme revienne à la vie. Il est question ici de planter, semer, arroser, cultiver puis ramasser des légumes, mais aussi de se lancer dans l’élevage de bétail ou de volaille. Autant d’activités harassantes qui épuiseront son avatar, dont il faudra aussi prendre soin en le faisant se reposer, mais aussi se marier et participer à des activités sociales. En plus de l’entretien de sa ferme, le joueur passera une bonne partie de son temps à discuter avec des PNJ dotés d’un emploi du temps précis et de centre d’intérêt variés. Et l’on aborde à peine les activités annexes de fermiers qui consistent à pêcher, miner, cuisiner et s’occuper de son logis. Autant dire qu’il y de quoi faire.

En savoir plus : Les meilleurs jeux de stratégie sur Android

unnamed (1)

unnamed (2)

Si tout ce contenu est alléchant et complet, il faut faire avec des graphismes tout simplement hideux. Je ne sais pas ce qui est passé par la tête de Natsume Inc, mais je pense qu’il est temps pour le studio de changer de directeur artistique très rapidement. On a déjà vu des jeux de gestion en 2D beaucoup plus réussis. C’est d’autant plus dommage que le jeu est vendu très cher, 10,60 euros. Pour ce tarif, il n’y a pas d’achats in-app et la durée de vie est conséquente, mais on pouvait s’attendre à un peu mieux. Surtout quand on sait que le titre est intégralement en anglais, qui n’est pas toujours évident quand les villageois commencent à parler en patois. Qui a dit que la vie d’agriculteur était tranquille ?