Après avoir eu vent de plusieurs cas d’entorses à sa politique de confidentialité, Twitter a tenu à rappeler ses règles concernant la protection de la vie privée de ses utilisateurs. Ainsi, l’entreprise a précisé que tout développeur utilisant ses APIs pour permettre à des agences de renseignement d’espionner des personnes sur son réseau serait banni.

Twitter

Dans un article posté sur son blog, Twitter a tenu à rappeler sa politique liée à la confidentialité et à la protection de la vie privée de ses utilisateurs. L’entreprise explique en effet avoir reçu un grand nombre de rapports signalant que des développeurs avaient utilisé ses APIs pour espionner des internautes.

Le nombre de signalements a dû atteindre une quantité significative. Du moins, suffisamment pour estimer qu’il fallait rappeler avec fermeté ses règles. On peut ainsi lire la phrase suivante :

Nous interdisons aux développeurs d’utiliser les APIs publiques ou les jeux de données de Gnip dans le but de permettre à la police — ou toute autre entité — de se servir de Twitter à des fins de surveillance.

Twitter prévient que tout développeur qui ne respecterait pas cette règle sera soumis à des sanctions allant jusqu’à « la suspension et la suppression de son accès aux APIs ».

Problématique récurrente

La question très sensible autour de l’utilisation par les autorités des données récoltées sur les réseaux sociaux ne date pas d’hier. Début octobre, Yahoo! se faisait épingler pour avoir autorisé les agences de renseignement américaines à fouiller dans les mails de ses utilisateurs. Après ce scandale, Twitter et d’autres géants du web s’étaient précipités pour rassurer les internautes en précisant que de telles pratiques n’avaient pas lieu chez eux.