La Russie a forcé la suppression de LinkedIn sur l’App Store d’Apple et sur le Google Play Store. Il est reproché à la plateforme de ne pas héberger les donnés récoltées sur les Russes sur le territoire national.

LinkedIn

D’après le New York Times, la Russie a mis la pression sur Google et Apple pour que les deux entreprises retirent l’application Linkedin, respectivement du Play Store et de l’App Store.

Une mesure récemment adoptée par le Kremlin a en effet pour objectif de forcer toutes les entreprises qui détiennent des informations sur les citoyens russes d’héberger toutes leurs données sur le territoire national. En novembre, Moscou avait fermé l’accès au site Internet de LinkedIn. Aujourd’hui c’est l’application mobile sur Android et iOS qui subit la même contrainte.

Requête acceptée

Certains analystes estiment qu’il s’agit d’une mesure autoritaire et d’une forme indirecte de censure. Quoi qu’il en soit, la firme de Mountain View ainsi que la Pomme ont accepté la requête du gouvernement russe. Les deux entreprises américaines semblent ainsi ne pas vouloir s’attirer les foudres du Kremlin dans une période tendue entre les États-Unis et la Russie.

Pour Google, l’attitude semble bien différente de celle affichée en 2010 face à la Chine. La firme avait en effet décidé de se retirer du pays en signe de contestation face aux politiques de surveillance appliquées par le gouvernement.

S’adapter aux autorités

Néanmoins, depuis de nombreux mois, des rumeurs indiquent un retour de Google Play dans l’Empire du Milieu. Plus récemment, en mars 2016, le géant du web s’est plié aux exigences européennes en appliquant le droit à l’oubli, aussi appelé droit au déréférencement). Preuve que Google est finalement toujours prêt à s’adapter aux autorités des pays dans lesquels il propose ses services.