À la place de la double authentification pour récupérer votre compte Facebook, vous pourriez faire appel à la reconnaissance faciale.

Pour récupérer votre compte Facebook, le numéro 1 des réseaux sociaux n’a jamais manqué d’imagination au cours des années. La double authentification, identifier les photos de vos amis ou même recourir à des amis dits de confiance qui reçoivent un code afin de débloquer votre compte. Bientôt, vous pourrez vérifier votre identité grâce à la reconnaissance faciale.

Alors que les constructeurs de smartphones Apple ou encore Samsung sont de plus en plus intéressés par la reconnaissance faciale, c’est au tour de Facebook de se tourner vers cette solution de sécurité. Un chercheur spécialisé dans les réseaux sociaux a envoyé plusieurs captures d’écran de la nouvelle fonctionnalité pour Facebook au journaliste Matt Navarra de TNW. Ce dernier l’a partagé sur Twitter.

Facebook a confirmé par la suite au média TechCrunch que cette fonctionnalité est en effet actuellement en train d’être testée. Le réseau social espère ainsi faciliter la vérification d’un compte, tout en le sécurisant et en rendant l’authentification plus rapide.

Pratique si vous ne pouvez pas, pour une raison ou pour une autre, profiter de la double authentification par SMS ou par mail. Cela pourrait arriver lors de vos déplacements à l’étranger, dans l’avion ou même si vous n’avez pas accès à vos comptes de messageries.

De plus, cette option ne sera disponible que sur les appareils sur lesquels vous vous êtes déjà connectés à votre compte Facebook. La reconnaissance faciale a déjà causé quelques problèmes de confidentialité dans le passé, mais dans ce cas précis, la technologie ne serait utilisée que pour vous aider, et en toute sécurité. Bien entendu, les données biométriques sont toujours questions à débat. Certains seront toujours réticents à utiliser ce genre de service, craignant pour leur sécurité notamment.

Il ne manque plus qu’à la société de Mark Zuckerberg de s’assurer que cette fonction ne puisse pas tomber aux mains de pirates informatiques, pour la déployer à plus grande échelle.