Il semblerait que Facebook ait trouvé un moyen efficace pour lutter contre les revenge porn sur ses applications, empêchant même leur publication.

Help Stop Stalking – Tous droits réservés – Flickr

Le revenge porn est la diffusion sur Internet de contenus à caractère particulièrement privé et intime, bien souvent par un(e) ex et sans le consentement de la personne concernée. C’est moche, et heureusement sévèrement puni par la loi. Malheureusement, même si la personne auteure de la divulgation de ces images risque très gros, la victime a été exposée aux yeux de tous. Ce phénomène arrive bien souvent sur les réseaux sociaux, choisis pour leur côté viral. Facebook en a bien conscience et avait d’ailleurs présenté en avril 2017 de nouveaux outils pour lutter contre les cas de revenge porn. Ces derniers sont en train d’être déployés dans certaines zones du monde pour être testés.

Un nouvel outil pour lutter

Les outils pour lutter contre la diffusion sans l’accord de tous les concernés d’images de nudité et d’ébats sexuels ont été testé en premier lieu en Australie, aux États-Unis, au Canada et Royaume-Uni. S’il était déjà possible de signaler ce type de contenu pour demander leur suppression, il fallait que ce contenu soit publié et partagé. Mais Facebook souhaite prendre les devants afin d’empêcher tout simplement la moindre diffusion de ce type de contenu. De cette façon, nous évitons à la victime de subir un réel traumatisme qui peut amputer à sa vie personnelle, sociale et même professionnelle.

Pour éviter la publication de photos ou vidéos de ce type, Facebook a mis au point une technique innovante et pour le moins… surprenante. Si vous craignez ou soupçonnez que quelqu’un risque de divulguer des images compromettantes, vous aurez la possibilité de les envoyer vous-même au réseau social. Elles seront ainsi intégrées et stockées à l’algorithme, ce qui empêchera leur téléchargement par la suite sur l’application ou le site. Efficace, très certainement, mais combien d’entre vous serez prêt à envoyer de votre plein gré ces fichiers à Facebook, Messenger et Instagram ?

À lire sur FrAndroid : Facebook veut lutter contre les scènes de nudité publiées sans consentement