Les autorités russes ont décidé de mettre à exécution leurs menaces envers l’application de messagerie Telegram. Pour avoir refusé d’obtempérer avec le Kremlin, l’app a été bloquée dans tout le pays.

Mise à jour du 16 avril 2018 :

La justice russe a rendu son verdict, en interdisant Telegram dans tout le pays comme nous l’apprenons dans Les Échos. Le cofondateur, Paul Durov, a d’ores et déjà annoncé « des méthodes intégrées pour contourner les blocages, qui ne requièrent aucune action de la part des utilisateurs ».

Article original :

Telegram est une application de messagerie mettant en avant la confidentialité de ses services. Lancée en 2013 par le russe Pavel Durov, farouchement opposé au gouvernement de Vladimir Poutine, l’application est une habituée des conflits avec les gouvernements, comme en témoignent les accusations de piratage de Durov envers les États-Unis.

Telegram refuse encore d’obtempérer

Le dernier conflit en date entre Telegram et le gouvernement russe remonte au 15 mars dernier, quand Moscou a posé un ultimatum à Pavel Durov. Celui-ci devait fournir les clés de chiffrement aux services de sécurité russes sous peine de blocage de son application.

Évoquant à la fois un refus d’abandonner son ADN de respect de la vie privée, mais aussi une incapacité technique à accéder à ces données, Durov a refusé une bonne fois pour toutes de collaborer. Sanction immédiate puisque Moscou a demandé le blocage de l’application à la justice, qui avait déjà condamné Telegram à 18 000 euros d’amende pour ne pas s’être plié aux demandes du Kremlin.

À lire sur FrAndroid : 10 applications de messagerie instantanée pour discuter avec vos amis