Cela n’aura échappé à personne, l’une des tendances majeures du CES 2014 était résolument celle des bracelets connectés, tous dotés d’une dimension fitness propre à faire culpabiliser les visiteurs ayant un peu forcé sur les chocolats pendant les fêtes de fin d’année. Reste que si nombreux soient-ils, ces appareils délocalisent la classique fonction podomètre hors du smartphone, avec moult applications à la clé. Google serait pourtant en train de travailler à une simplification de l’opération.

Google Fitness

Rien n’est encore vraiment sûr, mais il faut dire qu’un premier pas a déjà été effectué en ce sens. Entre l’intégration d’un podomètre au Nexus 5, mais aussi à certains appareils Samsung, dont le Galaxy S4 (qui profite en outre d’une suite d’applications S Health), le fitness montre sa capacité à être internalisé au smartphone. Encore faut-il  simplifier la tâche aux constructeurs qui préfèrent un Android « nu », ou du moins habillé d’une mince surcouche : proposer une API dédiée à une fonctionnalité hardware et qui permettrait à Android de recueillir les informations captées par le podomètre inclus au smartphone.

Qui dit informations centralisées par Google et API ouvertes aux développeurs, dit possibilité de généraliser les podomètres à tous les smartphones et capacité des développeurs à créer des applications utilisant ladite API – ou à mettre à jour leurs applications. Quoi qu’il en soit, le projet, repéré par Google System, n’a encore rien d’officiel ; on ignore donc s’il sera déployé dans une prochaine mise à jour d’Android ou tout simplement via les Google Play Services.

Google n’est pas seul sur ce projet à taille humaine, si j’ose dire. De fait, le géant américain se positionne sur un secteur déjà occupé par Human API, une plateforme développée dans le but de collecter de la data issue d’une foultitude de capteurs (podomètre, tensiomètre…) dans une seule plateforme consultable, par exemple, par le médecin de l’utilisateur. D’autres projets vont en ce sens, tandis que du côté de Google se pose une autre question : qu’adviendra-t-il des données médicales ou paramédicales ainsi récoltées ?

Lire : Le corps connecté en question au CES 2014 et 5 bracelets connectés à ne pas manquer en 2014