En plus de son contenu propre mettant en scène les stars de la plateforme, YouTube pourrait diffuser des séries et des films. Pour le moment néanmoins, Google n’en serait encore qu’aux discussions avec les majors afin d’obtenir les droits nécessaires à la diffusion.

Capture d’écran 2015-10-21 à 22.00.35

En octobre dernier, Google (ou plutôt Alphabet) annonçait YouTube Red, une offre d’abonnement regroupant son service de streaming audio déjà disponible, Play Music All Access, mais aussi YouTube Music, dont les détails restent encore assez flous, tout en supprimant les publicités présentes sur YouTube. Enfin, les clients de ce service devraient également avoir accès à du contenu exclusif, à l’instar du programme déjà annoncé mettant en scène Felix « PewDiePie » Kjellberg, le suédois qui génère le plus de vues sur YouTube.

Selon les sources du très sérieux Wall Street Journal, Google pourrait également proposer sur son offre de vidéo à la demande (VOD) des films et autres séries TV en plus de ses programmes inédits afin de se positionner comme un concurrent de Netflix, Amazon ou Hulu. Susanne Daniels, ancienne chef de la programmation sur MTV et Kelly Merryman, ancienne responsable du contenu de Netflix, seraient en charge de trouver du contenu pour YouTube Red sous les ordres de Robert Kyncl, un autre vétéran de Netflix aujourd’hui à la tête de YouTube.

Toujours selon la même source, le projet n’en serait encore qu’à ses balbutiements. Alphabet négocierait actuellement des licences avec de grands studios hollywoodiens et d’autres sociétés de production. Tous ne sont toutefois pas concernés, puisqu’au moins l’un des grands acteurs du domaine a indiqué au WSJ n’avoir tenu aucune discussion à ce sujet avec YouTube.

Du contenu en VOD et plus encore

Pour le moment, la plateforme d’accueil des contenus ainsi obtenus ne serait pas encore totalement déterminée. Selon l’une des sources du WSJ, les films et séries TV pourraient tout aussi bien être diffusés en exclusivité sur YouTube Red que par le biais de canaux plus traditionnels, tels que les cinémas, les chaînes câblées, et même en DVD.

Sans qu’un chiffre soit arrêté à l’heure actuelle, YouTube chercherait à obtenir « une collection robuste de programmation originale ou licenciée en 2016 ».

Quoi qu’il en soit, un tel service serait certainement lancé dans un premier temps aux États-Unis exclusivement avant de se déployer plusieurs mois, voire plusieurs années plus tard dans le reste du monde.