Annoncé en mai, le plan de Google visant à favoriser le HTML5 et à réduire l’utilisation de Flash démarre dans quelques semaines. Il est temps d’accélérer le web.

Crédit image : Bagdys.com

Crédit image : Bagdys.com

Alors que le navigateur vient tout juste de passer dans sa version 52, Google vient d’annoncer sur son blog l’arrivée en septembre de la version 53. Celle-ci est particulièrement notable puisqu’elle devrait commencer à bloquer l’utilisation de Flash. Stoppés de base, ces contenus devront être lancés manuellement par l’utilisateur pour correctement fonctionner. Google rappelle par ailleurs que 90 % des utilisations du Flash aujourd’hui concernent des chargements invisibles pour l’utilisateur, comme la gestion des données analytiques.

Cette décision vise à privilégier l’utilisation du HTML5 et ainsi rendre les pages web plus légères et rapides à charger. Sur les appareils mobiles, que ce soit les ordinateurs portables, les tablettes ou les smartphones, cela devrait également permettre de réduire légèrement la consommation d’énergie du navigateur et ainsi ménager les batteries.

La phase finale en décembre

Après cette première étape, ce plan d’attaque annoncé en mai atteindra réellement son but avec la sortie de Chrome 55 en décembre prochain. À cette date, le HTML5 sera utilisé comme expérience par défaut, à l’exception des sites qui ne supportent que le Flash. Dans ce cas précis, un message demandera à l’utilisateur d’activer le Flash sur cette page lors de sa première visite.

Une dizaine de sites dont YouTube, Facebook, Twitch, Yahoo ou encore Amazon ne sont pas concernés par ce blocage pour le moment en raison de l’importance des aménagements nécessaires pour réaliser le plus proprement possible cette transition. La plupart ont néanmoins déjà engagé le virage pour se mettre à niveau et abandonner le Flash.

Enfin, comme le rappelle Numerama, Google n’est pas seul dans cette bataille puisque Microsoft, Mozilla et Apple, éditeurs respectifs de Edge, Firefox et Safari, devraient suivre le même chemin très prochainement et « neutraliser complètement ce format dans les prochains mois ».