Pushbullet est le genre d’application qui, une fois installé sur son téléphone, s’avère irremplaçable. Le principe est simple : lier à la fois son ordinateur, son téléphone et son navigateur web par une application de façon à assurer une continuité entre les appareils. Explications.

pushbullet

Pushbullet possède beaucoup de points communs avec Android Air, mais pousse le principe un peu plus loin. Pushbullet n’est pas qu’une application pour smartphone, c’est aussi une extension pour Chrome et un logiciel pour PC et Mac. Pour profiter pleinement de Pushbullet, il faut donc l’installer au moins sur son téléphone et sur son PC ou son navigateur. Une fois cette première étape accomplie, Pushbullet va se comporter comme AirDroid. Si l’on est sur son ordinateur et qu’une notification arrive sur son téléphone, cette dernière va s’afficher sur l’écran de son PC sous forme de notification. Il est ainsi possible de savoir qui appelle, qui envoie un message et d’y répondre à la volée et même de régler dans les paramètres quelles sont les applications dont on veut recevoir ou non les notifications sur son ordinateur. Contrairement à AirDroid, il ne comprend pas de bureau virtuel, ne permet pas d’accéder directement à la mémoire du téléphone ou d’accéder à la liste des contacts. Mais ce n’est pas l’objectif principal de l’application.

Car la principale fonctionnalité de Pushbullet est surtout de pouvoir « pusher » du texte, des liens, des images, des adresses ou des fichiers d’un appareil à l’autre, voire à un(e) ami(e). Par exemple, depuis Chrome, il est possible d’envoyer un lien sur son téléphone d’un simple clic droit sur un lien. Ce lien sera pushé dans la barre de notification du téléphone et l’on y accède en clic. Il est possible de la même façon de pusher des fichiers de ou vers son téléphone, dans une limite de 25 Mo ou encore d’envoyer une adresse, ce qui ouvrira automatiquement Google Maps. Mieux, en ajoutant des amis, il est possible de leur envoyer des pushs directement sur leur téléphone ou leur navigateur.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

La vidéo est en anglais, mais la démonstration est très compréhensible pour les non-anglophones

Tout n’est pas encore parfait sur Pushbullet puisqu’il reste encore quelques bugs ici et là (mon Galaxy S3 est reconnu comme un S2, par exemple). Malgré tout, l’application est franchement bien fichue et on se demande rapidement pourquoi ce genre de fonctionnalité n’est pas intégré d’office dans Android. L’application est gratuite au téléchargement, ne pèse que quelques Mo et ne comprend pas (encore ?) de publicité. Évidemment, la liste des autorisations demandée est relativement longue. Notez également que Pushbullet est disponible sur iOS et qu’il est possible d’envoyer des pushs d’un OS à l’autre.