Premier jour du Casual Connect, le salon des développeurs et éditeurs du monde du jeu Casual, et déjà quelques annonces entre les très nombreuses conférences. Et parfois pendant les conférences.

slide-meetings

A San Francisco où se tenait le salon, pas grand chose pour l’instant au niveau des annonces de jeux vidéos. Un jeu sur iOS et Facebook (Dragon’s Up) et c’est tout pour l’instant. Mais ce n’est pas l’E3 ni la Gamescom. Ici le but ici, à la manière de la GDC (Game Developers Conference), est de mettre en relation les éditeurs et les développeurs pour des séries de conférences, le tout agrémenté de quelques annonces.

Aujourd’hui, la première annonce est venu de Facebook. Le géant du web a annoncé sa volonté de travailler dans le monde du jeu mobile. Attention, il ne s’agit pas d’éditer au sens habituel du terme, puisque Facebook ne veut pas prendre de rôle actif dans le financement du jeu. Simplement en faire la promotion, lui trouver un public et travailler, en somme, à sa distribution. Pas très convaincant, et à la manière de leur sortie plus tôt dans l’année, sur la volonté d’implanter une bibliothèque de hardcore gaming sur leur réseau, on ne ressort pas convaincu que le géant américain aura un vrai impact. Néanmoins, quelques développeurs tels que KiwiGames ou Gameloft travailleront avec lui.

will-harbin

Parmi les déclarations choc de la journée, on retiendra celle de Will Harbin, Chef Exécutif chez Kixeye, l’éditeur de Battle Pirates, et présent sur des plates-formes comme Facebook. Son conseil ? Ne pas faire appel à des éditeurs. Oui, selon ce grand bonnet d’un éditeur majeur du jeu vidéo à cible casual, les éditeurs sont obsolètes. Il a tenu toute une conférence en expliquant pourquoi les éditeurs prennent contrôle de données que le développeur peut contrôler lui même, du moins dans le monde du web et du mobile.

On peut espérer qu’autant de développeurs que possible suivent son conseil (il est rare qu’un éditeur le dise lui-même), et qu’ainsi les jeux échappent à la censure morale souvent propre aux éditeurs plus qu’aux développeurs ou à leur plate-forme.

Concernant les annonces, sur Android, pas de sortie annoncée aujourd’hui mais Indie Prize a commencé « l’exposition » d’une série de jeux dont certains vont très bientôt sortir ou sont tout juste sortis. Parmi les jeux concernés, voici, pour les amateurs de jeux indépendants, les jeux Android :

L’exposition s’accompagne d’un concours, les prix étant fournis par des sponsors comme Blackberry, Unity, Tango ou AppPromo. Nous vous donnerons bien sûr le podium, avec un descriptif plus complet des jeux ou des projets, si ceux-ci sont sur Android.

A demain pour la suite du salon !