L’éditeur de jeux vidéo Gameloft confirme sa bonne situation financière pour le premier semestre 2013. Une situation essentiellement portée par les ventes de jeux mobiles.

gameloft-logo

Gameloft est en bonne santé. L’éditeur français de jeux vidéo a publié ses résultats semestriels consolidés et s’en sort avec un chiffre d’affaires en hausse de 15 % à 109,4 millions d’euros au premier semestre de l’année 2013.

Cette croissance du chiffre d’affaires, combinée à “la stabilisation des effectifs et au strict suivi des coûts dans les trois départements de la société” à savoir la R&D, la ventes et le marketing ainsi que l’administration, a permis à Gameloft d’augmenter sensiblement son résultat opérationnel courant qui atteint 11,2 millions d’euros, en hausse de 71 %.

En revanche, si le chiffre d’affaires est en hausse et que la trésorerie net atteint un record avec 60,6 millions d’euros, les actionnaires ne vont tout de même pas être contents. Ils toucheront moins de dividendes par rapport à l’année dernière puisque l’entreprise annonce un résultat net de 1,8 million seulement, en baisse de 60 % sur un an. Un chiffre à nuancer au regard notamment de l’activation d’un montant de 2 millions d’euros des pertes reportables sur la France lors du premier semestre 2012.

Des ventes tirées par les jeux mobiles

Gameloft semble en tout se féliciter de cette situation financière qu’il juge “saine” et qu’il attribue essentiellement à la vente de jeux sur smartphones et tablettes. En effet, celles-ci ont représenté 61 % du chiffre d’affaires total de la société, comparé à 48 % lors de la même période en 2012. Elles ont été effectuées à 32 % dans la région EMEA (Europe-Moyen-Orient-Afrique), contre 25 % en Amérique du nord, 23 % en Amérique latine et 20 % en Asie-Pacifique. Ce sont ainsi des productions Gameloft de 2011 et 2012 telles que L’Age de Glace: le Village, Modern Combat 4: Zero Hour, World at Arms, MY LITTLE PONY, Six-Guns ou Order & Chaos Online, qui ont contribué à la bonne tenue des ventes du groupe lors du premier semestre 2013.

Le modèle freemium a la cote

A ce jour, 800 millions de jeux freemium ou paymium Gameloft ont été installés par des joueurs sur iOS et Android et 150 millions de consommateurs ont joué à un jeu Gameloft lors des trente derniers jours. Le succès attribué aux dernières productions de la société : Moi, Moche et Méchant: Minion Rush et Asphalt 8 Airborne est probablement l’une des raisons qui a permis à la société d’enregistrer de tels chiffres, notamment grâce aux micro-transactions (ou achats in-app) et la publicité, contrairement à Ubisoft qui, lui, privilégie le modèle premium (payer lors de l’achat du jeu uniquement). Gameloft confirme d’ailleurs pour l’exercice 2013 son objectif de chiffre d’affaires compris entre 235 millions d’euros et 240 millions d’euros, ainsi que son objectif de hausse de ses marges et de sa trésorerie nette. On attendra novembre prochain pour voir si effectivement l’entreprise gardera un cap de croissance, lorsque les chiffres du troisième trimestre seront publiés.