Les adeptes du genre ne sont pas restés indifférents quant à la sortie de la version finale de Dungeon Keeper sur le Google Play que nous avions prise en main en octobre 2013. Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que ce titre soit sujet à des nombreuses critiques (comme bien d’autres…). La cause ? Les micro-paiements très intrusifs, mais EA Mythic répond.

android dungeon keeper micro-paiement paiment in-app free2play pay2win

Depuis 2013, il est inutile de nier que  l’on assiste à l’émergence des jeux gratuits ou payants avec « micro-paiements », et ce, que ce soit sur Android, iOS ou d’autres plateformes mobiles. Très souvent critiqué, il y a deux manières d’intégrer ce modèle : le premier consiste à apporter des atouts supplémentaires sans handicaper le joueur dans sa progression, tandis que l’autre consiste à contraindre le joueur à payer coûte que coûte. Malheureusement, le deuxième modèle est souvent celui que les éditeurs choisissent… Du coup, le même constat revient souvent : le jeu empêche le joueur de prendre du plaisir. Un comble.

Bien qu’il soit relativement bien noté sur le Google Play, Dungeon Keeper récolte une foule de critiques négatives chez les joueurs. Une fois de plus, nombreux sont ceux qui critiquent ouvertement le modèle gratuit avec achat in-app qui force le joueur à mettre la main au porte-monnaie lorsqu’une quelconque amélioration met trop de temps à se faire, par exemple. Inquiet quant à l’avenir de son titre mobile, EA Mythic a déclaré dans une interview qu’il allait travailler à améliorer l’expérience de Dungeon Keeper. De là, on imagine bien que l’éditeur compte bien réduire la présence des micro-paiements pour qu’ils ne soient plus une contrainte, mais une plus-value.

En 2014, les joueurs sont bien décidés à taper du poing sur la table en critiquant ouvertement les éditeurs qui surexploitent la solution du micro-paiement. La réaction de l’éditeur EA Mythic est un bon exemple, et on espère sincèrement que leurs confrères iront aussi dans ce sens. Bien sûr, il faut encore que les promesses soient tenues. Je le répète une nouvelle fois, la plupart des éditeurs ne semblent pas se rendre compte qu’ils sont en train de couler le monde du jeu vidéo à petit feu. Un très vaste débat auquel nous devons nous intéresser.