Le free-to-play est peut-être « gratuit », mais rapporte souvent beaucoup. Sirvo en apporte une nouvelle fois la preuve avec la publication de ses revenus depuis l’arrivée de la version de Threes! monétisée par la publicité.

Threes

Véritable succès en 2014 (bien que rapidement éclipsé par 2048, qui simplifie son principe), Threes! s’est dédoublé au mois de juin et se décline désormais dans une version totalement gratuite. Si le joueur ne paye pas directement, le développeur derrière l’application a néanmoins vu ses revenus exploser depuis l’arrivée de cette variante.

Asher Vollmer, le développeur californien du jeu, a annoncé ce week-end que les bénéfices tirés du jeu ont doublé en un mois, appuyant ses dires avec deux graphiques, l’un représentant les rentrées d’argent de la version d’origine et l’autre celles de la nouvelle mouture. Dès le lancement de cette dernière, la courbe se calque presque parfaitement sur son homologue tarifée. Parallèlement à cela, la version payante de Threes! n’a pas vu ses revenus baisser pour autant grâce à une savante hausse de prix, et Sirvo se retrouve donc dorénavant avec deux applications rapportant autant l’une que l’autre.

Le succès est largement mérité, d’autant que le développeur a décidé d’opter pour une méthode particulière et surtout peu intrusive. Il était hors de question pour lui d’insérer une bannière de pub disgracieuse sur son jeu, et a donc décidé de limiter le nombre de parties disponibles, tout en permettant aux joueurs de gagner des crédits supplémentaires en regardant une simple vidéo commerciale ; une action qu’il est possible de répéter aussi souvent que nécessaire. Quant à ceux qui trouvent cela trop exigeant, il est toujours possible de débourser les 3,17 euros de la version payante de Threes!. Et la boucle est bouclée.