Rovio n’est pas peu fier : son tout dernier titre mobile, Angry Birds, se télécharge comme des petits pains. De quoi s’assurer des revenus suffisants ?

angry birds 2 une

C’est une surprise sans en être une. Angry Birds, la célèbre franchise qui a lancé Rovio, s’est déclinée en de multiples jeux, suite au succès impressionnant du premier titre de la série. En fin de semaine dernière, plutôt que de lancer une énième version des guerres menées par les Bad Piggies, l’éditeur finlandais a mis à disposition sur les différents portails mobiles son Angry Birds 2. Nous l’avons nous aussi essayé, relevant la qualité de ses graphismes et l’efficacité de son gameplay, tout en regrettant un modèle économique faisant la part (trop) belle aux achats in-app.

Malgré tout, depuis la sortie de son jeu, soit le 29 juillet dernier, Rovio multiplie les annonces triomphantes. La première date du 31 juillet, soit moins de deux jours après le lancement d’Angry Birds 2 : le titre atteignait alors les 5 millions de téléchargements.

Deux jours plus tard, rebelote, avec une annonce tout aussi impressionnante : le cap des 10 millions de téléchargements avait été franchi.

Si le hashtag #AngryIsBack désigne le retour du jeu dans un deuxième opus, on ne peut que constater que Rovio lui aussi revient de loin. En début d’année, ses résultats financiers montraient une nette baisse de bénéfices, sans toutefois faire tomber le Finlandais dans le rouge. Pour lui, il s’agit de retrouver le chemin de la croissance, qui passera avec Angry Birds 2 par les achats in-app. Mais si l’on parle de téléchargements massifs, rien n’indique à ce jour que ces 10 millions de mobinautes jouent activement au titre qu’ils ont téléchargé. Du moins peut-on constater que pour l’heure, les avis sont positifs, puisque le jeu récolte une note de 4,6 sur 5 sur le Play Store.