Super Mario Run vient tout juste de sortir et s’attire quelques critiques. De quoi effrayer les actionnaires de Nintendo.

sad-mario

Après plusieurs mois d’attente, Nintendo a lancé hier son premier véritable jeu mobile, Super Mario Run. Si le jeu affiche une qualité indéniable que nous avons saluée lors de notre première prise en main, les critiques à l’égard du jeu semblent aussi vives que nombreuses.

Un modèle économique peu apprécié

En effet, sur environ 4600 personnes ayant noté le jeu à l’heure de la rédaction de ces lignes, peu semblent apprécier les qualités du titre. L’App Store affiche aujourd’hui une note moyenne pour le jeu d’environ 2,5 étoiles sur 5, une note très basse en comparaison des jeux habituels. À titre de comparaison, Miitomo est à 3,5 environ.

note-super-mario-run-app-store

Il faut dire que pour beaucoup, le modèle économique de Super Mario Run n’est pas justifié. Il faut dire que les joueurs mobiles ont rarement eu l’habitude de payer aussi cher pour un jeu. En dehors des jeux de Square Enix (qui flirtent régulièrement avec la barre des 15 euros), la plupart des jeux ne dépassent pas les 5 ou 6 euros. Aussi, payer 10 euros pour obtenir la totalité d’un jeu semble énorme pour certains, sans considération aucune pour la qualité intrinsèque du soft. Le prétexte est pourtant difficilement recevable venant de la part de personnes capables de payer presque 1000 euros pour un iPhone…

Autre argument à charge pour Nintendo, Super Mario Run nécessite une connexion permanente. Difficile d’apprécier un jeu conçu pour s’adapter aux plateformes mobiles lorsqu’on ne peut pas jouer partout en mobilité, et notamment dans les transports en commun.

Les actionnaires se défilent

Ces avis négatifs ne sont pas sans conséquence pour Nintendo qui voit son action chuter de façon conséquente en bourse. Alors que l’action se monnayait à 27 300 yens ce matin à l’ouverture de la bourse, elle n’est plus qu’à 26 400 désormais. Une chute de 4 % qui montre la frilosité des actionnaires face à ce jeu n’ayant pas encore eu l’occasion de faire ses armes et qui coûte la bagatelle de 2 milliards de dollars à Nintendo. Un revirement de veste amère de la part de ceux qui ont poussé la société nipponne à ce lancer sur ce marché juteux.

Nintendo est toutefois encore loin de la tourmente, et on peut être certains que l’action reprendra son envol dès la publication des premiers chiffres positifs sur le jeu, un peu comme cela avait été le cas avec Pokémon Go malgré l’absence totale d’implication de Nintendo dans son développement.

À lire sur FrAndroid : Super Mario Run : nous avons testé le premier jeu mobile de Nintendo