Lors de sa dernière session Q&A, le président de Nintendo Tatsumi Kimishima a ré-exprimé son intention de conquérir les mobiles. Toutefois, ce business ne doit absolument pas nuire à ses consoles.

Tatsumi Kimishima

crédit photo : Time Magazine

Réussir à trouver sa place sur le marché des jeux mobiles est quelque chose d’extrêmement compliqué désormais. L’affluence toujours énorme de nouveaux titres peut empêcher même les plus grands noms de se faire une place.

Arrivé – comme à son habitude – un peu en retard sur la révolution mobile, Nintendo n’a pas trouvé le succès escompté avec Super Mario Run. Si l’application a été très téléchargée, peu d’utilisateurs sont au final passés à la caisse.

Nintendo croit au mobile

Le développeur le sait : ce premier essai n’était pas un grand succès. Lors de sa dernière session Q&A avec ses investisseurs, le président Tatsumi Kimishima est revenu sur les intentions de l’entreprise sur le marché mobile.

Pas de tergiversations possibles : l’homme l’identifie comme l’un des « grands piliers » de la stratégie de Nintendo. À ce titre, le développeur compte bien apprendre de ses erreurs :

Nintendo est un nouveau venu sur le marché des appareils intelligents. [Nous avons] un large stock de personnages de licences et avons développé de nombreux jeux. Nous ne pouvons pas, toutefois, simplement porter nos jeux existants et licences en applications mobiles. Une grande réflexion s’impose sur le type de jeux mobiles qui fera grandir notre business et comment nous pouvons continuer de faire grandir de bonnes relations avec nos plateformes de jeux dédiées existantes.

Le succès de Fire Emblem Heroes lui a après tout montré qu’il pouvait réussir. Si toutefois il restait dans les modèles classiques des jeux mobiles.

Le mobile se doit de coexister avec ses consoles

Reste que Nintendo est Nintendo, et donc une entreprise avant tout dédiée au développement et à la construction de consoles de jeux vidéo. Le spectre d’une expansion sur le mobile qui cannibaliserait ses ventes de consoles est bien présent alors que Nintendo précise bien vouloir faire coexister les deux :

Parmi de nombreuses idées, notre soucis principal est de permettre à nos consommateurs de jouer non seulement sur les appareils intelligents, mais aussi sur nos machines dédiées. Nous voulons construire notre business mobile comme l’un des principaux piliers des nombreuses activités de Nintendo, mais n’avons pas encore atteint ce niveau.

Un Nintendo App Store ?

L’obligation pour Nintendo d’offrir une partie de ses revenus à l’App Store et au Google Play peut déplaire. Un investisseur pose la question : Nintendo pourrait-il y faire quelque chose en créant sa propre plateforme ?

Nintendo n’est pas à un stade où nous pouvons considérer devenir un développeur de plateforme mobile

Historiquement, le développeur japonais est effectivement habitué à avoir le contrôle total. Mais il semble que pour l’heure, il se contentera d’être dépendant d’Apple et Google sur mobile. Sa prochaine production, Animal Crossing Pocket Camp, continue également sur le modèle free-to-play.