J’ai pu essayer la bêta de Fortnite sur mobile. Parfait néophyte en la matière, j’ai découvert les joies de ce battle royale au travers des commandes tactiles d’une tablette. Il a fallu attendre longtemps, mais le jeu a su, même brièvement, montrer qu’il pouvait être amusant.

La tension est à son comble. Après ma descente en parachute, je suis prêt à en démordre avec le premier adversaire qui viendra me chercher des noises. Je sais qu’au loin la guerre fait rage, mais je ferai tout pour rester en vie.

Ce premier paragraphe décrit ce que j’aurais aimé ressentir dès ma première partie de Fortnite Battle Royale sur mobile. Je voulais vraiment ressentir ce frisson propre au combat, mais la réalité fut bien différente. Décevante ? Non, je n’irai pas jusque là.

Mise à jour de Maxime : rajout d’observations par rapport aux versions PC/consoles en fin d’article.

Lien YouTube S’abonner à FrAndroid

Un débutant dans l’arène

Mais avant de poursuivre, situons un peu le contexte. Tout d’abord, il faut savoir que — comme son nom complet l’indique — Fortnite est un battle royale qui invite une multitude de joueurs à se taper dessus sur une arène qui rétrécit progressivement. L’objectif est de s’équiper des bonnes armes et matériaux pour décrocher la victoire face aux adversaires en étant le dernier survivant. Et on peut y jouer en équipe.

Fortnite arrive sur mobile, mais avant de conquérir les smartphones Android, le jeu passe d’abord par une bêta sur iOS. Et j’ai eu l’occasion de m’y essayer brièvement. Avant de vous faire part de mes ressentis, je tiens également à préciser que je ne suis absolument pas habitué à ce genre de jeu.

Sur ma Nintendo Switch ou mon smartphone, je préfère les titres axés beat’em all, plateforme, réflexion ou exploration. Le tir à la troisième personne n’a donc jamais été ma tasse de thé, je suis un pur néophyte en la matière. Voilà pour les présentations, place maintenant aux impressions.

Plus on est de fous

Pendant ma courte session de jeu, je suis accompagné de Julien de Numerama dans la même équipe que moi. Le fait d’y jouer avec un ami dans la même pièce rend tout de suite l’expérience plus agréable. Première partie oblige, je mets un peu (trop) de temps à comprendre le fonctionnement du jeu. Et il est assez rassurant de voir que je ne suis pas le seul à galérer.

Par ailleurs, la première moitié d’une partie sur Fortnite peut être assez ennuyante. Du moins, c’est le cas pour quelqu’un qui réclame rapidement de l’action. Je cours ainsi pendant des kilomètres à la recherche d’une arme qui saura être plus effrayante que la pioche que je me trimbale au début du jeu. Sur ma toute première partie, je ne croise aucun autre joueur pendant ce qui me semble être une éternité.

Découvrir le jeu avec un autre débutant est donc le meilleur conseil que je pourrais donner. Si j’avais été seul, cette facette de Fortnite serait venue à bout de ma patience au bout de quelques minutes seulement.

Une pioche comme premier allier.

Julien et moi mourrons lamentablement — chacun dans son coin — lors de notre première tentative. Aucun de nous deux n’a réussi ne serait-ce qu’à trouver une arme. Et nos premiers adversaires respectifs n’ont fait qu’une bouchée de nous.

Le seul vrai intérêt de cette partie aura été de découvrir comment construire des fortifications pour se protéger des ennemis — après avoir amassé les matériaux nécessaires et appuyé sur le bouton dédié pour choisir ce que l’on veut. Malheureusement, je n’ai jamais pu appliquer ce détail assez fun du jeu pendant un combat.

Il est possible de construire des murs protecteurs sur Fortnite.

Les joies des commandes tactiles

Nous nous hâtons de lancer une nouvelle partie. Et cette fois-ci, pas question de se quitter d’une semelle. Les résultats de la coopération se font rapidement ressentir. Nous trouvons enfin des armes. Rassuré de ce côté, j’ai l’esprit libre pour m’attarder sur quelques détails techniques. Si l’on peut pardonner les graphismes pas toujours satisfaisants et la fluidité un peu trop juste de Fortnite sur mobile, les contrôles, eux, peuvent s’avérer très pénibles.

Je joue sur un iPad Pro de 12 pouces — et Julien sur un iPhone X. Je me déplace avec le pouce gauche et je dirige la caméra avec le droit. Rien de bien compliqué sur le papier, mais à cause des commandes tactiles, mon temps de réaction est celui d’un escargot sous Xanax. Pas évident de survivre quand on sait que Fortnite est un titre cross-platform. Autrement dit, certains joueurs sur la carte sont avantagés parce qu’ils jouent sur ordinateur avec une souris, bien plus pratique que la dalle tactile.

L’amusement, enfin

Néanmoins, alors que je commence à me demander pourquoi je me suis embarqué là-dedans, j’ai enfin droit à mon moment de gloire. À quelques pas, j’aperçois une silhouette qui n’est pas l’avatar de Julien. Ni une ni deux, je cours vers mon adversaire qui ne m’a pas encore aperçu et je le mitraille.

Ce dernier semble également jouer sur mobile puisqu’il met une éternité à se retourner pour me faire face. J’ai donc tout le temps de le canarder et de l’éliminer. Bien que pacifiste de nature, je pousse un cri rugissant dont je ne me croyais pas capable.

Derrière ses airs cartoonesques, Fortnite offre un vrai challenge au joueur. Et s’il faut beaucoup de temps pour qu’une partie commence à s’animer, le système de récompense sur lequel se basent tous les jeux du monde fonctionne parfaitement bien sur ce titre.

D’un coup, je relativise tout le temps perdu à errer longuement dans la nature — on a même eu droit à un joli moment ridicule en traversant un lac à pied. L’attente a fini par payer et Fortnite démontre enfin tout son potentiel vidéoludique.

Mon niveau médiocre se fait toutefois à nouveau ressentir quand un groupe de trois ou quatre combattants nous prennent en cible. Pas très inspiré, je fonce dans le tas au lieu de me mettre à l’abri. Je ne fais évidemment pas le poids et meurs une seconde fois.

Qu’en penser ?

Je ne suis clairement pas la cible visée par les créateurs de Fortnite. Néanmoins, force est d’admettre que le jeu a de quoi plaire. La frustration accumulée pendant la première moitié d’une partie se dissipe instantanément une fois que l’on est pris sous un feu croisé.

Avec le temps, nul doute que l’on apprend à développer des stratégies viables qui rendent les longues minutes d’exploration plus intéressantes. La seule vraie critique est dirigée à l’encontre des contrôles tactiles qui, de nature, empêchent le joueur d’être bien réactif.

Pour voir Fortnite arriver sur Android, il faudra patienter quelques semaines au moins. Mais si le genre vous intéresse, vous avez tout intérêt à guetter attentivement le jour de sa sortie… ou à vous tourner vers PUBG.

Et par rapport au PC et aux consoles ?

Maxime ici présent pour vous parler rapidement de l’expérience mobile comparativement à la version PC/consoles. Nous sommes très clairement en présence d’une version allégée du titre graphiquement parlant, qui n’est d’ailleurs pas extrêmement stable dans les conditions dans lesquelles je l’ai testé (sur un iPad Pro). Rappelons tout de même que le jeu est actuellement en bêta et n’est donc pas finalisé.

Ceci étant, Fortnite Battle Royale est vraiment complet : je n’ai pas pu constater la moindre différence de fonctionnalité entre la version iOS et la version PS4. C’est donc un très bon point pour lui qui prouve qu’Epic Games prend au sérieux le mobile, un fait assez rare pour être mentionné.

La promesse de pouvoir rejoindre l’escouade d’un joueur PC même en étant sur mobile est plus qu’alléchante. On espère toutefois que la procédure sera plus simple qu’entre PS4 et PC pour l’exemple, qui demande au joueur PS4 d’installer un logiciel sur son PC, se créer un compte Epic, y lier celui de la console et gérer sa liste d’amis Fortnite sur PC. Une procédure plus directe serait appréciée.

De plus, et quand bien même toutes les fonctionnalités du jeu sont présentes… l’écran tactile est une grande faiblesse, particulièrement alors que Fortnite réclame de passer rapidement du mode construction au mode de tir. À l’heure actuelle, le titre n’est pas compatible avec les manettes Bluetooth : cette possibilité paraît être indispensable pour bien l’apprécier à sa juste valeur.

Si Fortnite Battle Royale réussit à être stable, proposer une expérience fluide et de quoi pallier les problèmes de l’interface tactile, Epic Games aura bien réussi à transposer l’expérience complète du titre sur mobile. Ce ne serait pas une mince affaire en soi, et c’est loin d’être impossible : il me tarde d’en voir la version finale.

Le concurrent PUBG

Au moment où nous publions cet article, PUBG a tout récemment débarqué sur le Play Store français. Il s’agit là du principal concurrent de Fortnite et il sera intéressant de voir à quel titre les utilisateurs accorderont leur préférence.

Maxime vous a d’ailleurs concocter un petit comparatif entre les deux jeux.

À lire sur FrAndroid : PUBG : téléchargez-le sur le Play Store français