Si vous vivez dans une grotte ou, plus vraisemblablement, n’êtes pas un fan de Harry Potter, vous n’avez peut-être pas entendu parler du nouveau jeu de rôle du Play Store et de l’App Store cette semaine, Harry Potter : Hogwarts Mystery ou en français Harry Potter : Secret à Poudlard. Puisque nous avons quelqu’un qui a déjà pris une cuite à la bierraubeurre ici, bien sûr, nous y avons joué. Et nous considérons qu’il est de notre devoir de vous dire ce que nous en pensons. Moldus, installez-vous bien confortablement.

Quand j’ai évoqué le jeu auprès de Manuel, il m’a clairement fait savoir que ce jeu ne méritait pas que l’on s’y attarde. Personnellement, en tant que casual gamer à la recherche d’un nouveau jeu pour occuper mes trajets de métro, j’y ai consacré deux heures. Me confronter aux gamins de Serpentard, c’est ce qui m’a poussé à jouer à ce jeu mobile. Pour les moldus, on sait que la grande majorité des sorciers qui ont mal tourné étaient à Serpentard, comme c’était le cas de Voldemort et de ses Mangemorts. Je voulais casser du méchant sorcier.

Vous créez votre propre personnage dans le jeu alors j’ai créé Ulrich Rosier (de la famille des mange-morts, mais je n’en suis pas un) — un garçon mystérieux avec une délicieuse coupe de… au premier niveau vous n’avez accès qu’à quelques coupes de cheveux, il aura donc une coupe au carré. Vous pouvez faire en sorte que le jeu génère un nom pour vous, ou vous connecter à votre Facebook. Le chapeau magique choisit votre maison… non, c’est vous qui choisissez : ce sera un Serdaigle. Le jeu vous emmène à travers les sept années à Poudlard, avec les sorts appris et les rencontres qui vont avec. Pour la contextualisation : l’histoire se déroule avant les aventures de Harry Potter, lorsqu’il vient tout juste d’être sauvé.

Les graphismes de ce jeu sont assez impressionnants. Il n’y a pas de temps de latence, ce à quoi je m’attendais le jour de la sortie d’un jeu avec une telle base de fans. Il doit avoir peu de requêtes à des serveurs externes. J’ai adoré l’intro et la création du personnage. On se sent un peu jeune, mais en même temps, vous commencez le jeu à l’âge de onze ans. Avec un peu de chance, l’action progressera et vous quitterez la catégorie timide des élèves de première année. Je suis curieux de voir si tout le monde joue la même histoire. Je suppose que c’est le cas, car ce serait une quantité de travail fou de créer cinq arcs de personnages différents, mais je serai jaloux si mon pote Rowan est le meilleur ami de tout le monde. Je pensais que notre relation était spéciale.

Afin de relever les défis, qui sont chronométrés, vous avez besoin d’une certaine quantité d’énergie qui, bien sûr, s’épuise très rapidement. Cette quantité se régénère toutes les 4 minutes, mais quand vous avez besoin de 25 points d’énergie dans l’heure qui suit, ces 4 minutes sont comme une éternité. Oui, vous pouvez acheter de l’énergie, mais si vous pensez que je suis une baleine… vous avez raison. Mais je ne paierai pas pour ce jeu. Le jeu vous fait beaucoup patienter pour relever des défis. C’est presque comme s’ils vous disaient : « tu joues depuis quatre heures, arrêtes de jouer. Vis dans le monde réel pendant quelques heures, reviens dans deux heures et ensuite nous pourrons parler ». Puis deux heures après, tu reçois une notification : « votre histoire continue… Touchez l’elfe de maison dans les cachots pour recevoir une surprise ! ». Le genre de notification qui vous fait sentir pathétique.

Malheureusement, le jeu est tellement dépourvu de tout gameplay que je ne sais pas pourquoi ce n’est pas seulement un roman visuel. Oh attendez, je sais pourquoi : avec des systèmes d’énergie et des pierres précieuses, on peut forcer les enfants à s’arrêter juste au milieu d’un duel afin qu’ils demandent à leurs parents de l’argent pour continuer. Parce que si vous ne payez pas, vous devez fermer le jeu et revenir plus tard pour terminer ce duel.

La bonne chose, parce qu’il faut toujours se concentrer sur les aspects positifs de n’importe quelle situation négative (c’est Loïc Le Meur qui le répétait, ce doit donc être vrai), c’est que je n’avais pas trop mal au cœur de devoir fermer ma partie. Ce n’était tout simplement pas si intéressant. Pendant les deux heures de jeu, j’ai surtout lu les dialogues, fait quelques choix et tapoté des objets lumineux pour gagner des pièces de monnaie. Exploiter les choses utilise de l’énergie, donc vous savez que vous allez vite épuiser toute votre énergie. Vous devrez donc attendre ou payer. En plus de tapoter, je dois tracer quelques symboles de base avec mon doigt pour lancer un sort, et un QTE pour réaliser une potion. Le jeu caresse aussi mon ego après chaque action avec des mots comme BRILLANT écrit en plein écran, ou le professeur Flitwick m’a dit que je traçais un V à l’envers mieux que tout autre étudiant de première année. Il doit avoir raison.

Il est possible qu’il y ait une histoire décente sous toutes ces foutaises, mais je ne suis pas prêt à faire face aux centaines d’heures entre les timers ou le pay-to-win malsain pour y arriver. Peut-être que si vous êtes un plus grand fan de Harry Potter que moi, vous serez prêt à supporter toutes les absurdités que l’on doit vivre en tant qu’étudiant à Poudlard. Bref, Manuel avait raison. Ce n’est pas pour ça qu’il a toujours raison.

En m’éloignant de l’aspect ludique du jeu, je tiens à souligner en tant que petit fan de Harry Potter que ce jeu ressemble à Harry Potter. Il utilise les voix des acteurs du film, l’écriture reprend tout ce qui a fait le succès de vos personnages préférés, et Poudlard est comme Poudlard. J’admets que j’avais l’impression qu’il s’agissait d’un jeu de réalité augmentée comme Pokemon Go qui m’intéressait beaucoup plus. Apparemment, ce jeu sortira plus tard cette année, et s’ils apprennent les quelques leçons de Pokemon Go, je pense que ce sera bien plus intéressant que ce jeu de rôle. Laisse-moi faire des sorts en agitant mon smartphone. Fais-moi sortir de mon bureau en plein après-midi de travail. Fais en sorte que j’ignore mes amis pour que je puisse gagner un duel.

Mes petits sorciers en herbe, vous pensez quoi de Harry Potter : Hogwarts Mystery ?