L’application Oyster vient de faire son apparition sur les mobiles Android américains. Elle permet d’accéder à de nombreux ouvrages, de les acheter, et de les lire facilement grâce à des fonctionnalités pratiques.

Capture d’écran 2014-06-18 à 17.49.35

Oyster, qui signifie huitre en anglais, possède tout ou presque pour construire son succès à travers le monde. Après avoir conquis iOS, elle arrive finalement sur Android pour ne pas faire de jaloux. On la compare souvent à un Spotify dédié non pas à la musique, mais à la littérature, et des points communs sont en effet observables. C’est tout d’abord le design et l’ergonomie de l’application qui frappe. Tout y est travaillé pour donner envie de passer du temps dessus, avec quelque chose de très coloré et minimaliste, avec de nombreux effets de transparence. Et c’est bien là que Oyster tire son épingle du jeu – en donnant envie de lire – sur des smartphones ou tablettes qui ne sont pas forcément des appareils dédiés à cet effet.

oyster 4

Mais la comparaison avec Spotify peut s’arrêter ici. Et pour cause, Oyster n’emprunte pas tout à fait le même modèle économique. Pour accéder aux 500 000 ouvrages référencés par l’application, il faut d’abord s’inscrire et insérer ses coordonnées bancaires (sur navigateur web). Une première étape qui refrène déjà les envies, même si le premier est offert. Il n’y aura débit que si l’utilisateur ne se désinscrit pas au terme des 30 jours qui suivent sa date d’inscription. L’abonnement est ensuite facturé 10 dollars par mois, pour de l’illimité.

En plus d’apporter un design attrayant, l’application est dotée de fonctionnalités réellement intéressantes. On pense notamment au calcul du temps de lecture restant, en fonction de votre vitesse. Les utilisateurs peuvent également rédiger des annotations, augmentant ainsi l’impression de posséder le livre. Oyster possède aussi un système de recommandations qui se base sur vos goûts pour vous proposer des oeuvres qui peuvent vous intéresser.

L’application n’est pour le moment disponible qu’aux Etats-Unis. Reste à voir si elle va réussir à séduire les utilisateurs d’Android avec ses jolis arguments, malgré sa contrainte financière.

oyster 5oyster