Amazon a lancé son service de streaming musical Music Unlimited en France vendredi dernier. A-t-il les moyens de vous faire quitter Spotify, Apple Music, Deezer ou Qobuz ? Tout n’est pas qu’affaire de catalogue et d’abonnement.

 

Amazon Music : un nouveau dans une offre déjà chargée

Dernier arrivé dans un marché déjà bien rempli en France, Amazon Music Unlimited vous permet d’écouter de la musique en streaming illimité depuis un catalogue de millions de titres pour 9,99 euros par mois, ou en faire profiter jusqu’à 5 utilisateurs pour 14,99 euros par mois. Ca vous rappelle quelque chose ? C’est normal, c’est exactement ce que proposent à peu près tous les autres services de streaming audio.

L’offre Unlimited vient compléter un service qui permettait déjà de stocker sa musique personnelle pour l’écouter en ligne, ainsi que des versions numériques de la plupart des albums physiques achetés en CD ou en vinyle via son compte Amazon. Les abonnés Amazon Prime ont quant à eux droit à un abonnement annuel leur faisant économiser deux mois.

La question se pose : est-ce suffisant pour plaquer son service de streaming actuel, qu’il soit Spotify, Deezer, Google Play Musique, Apple Music, Qobuz ou Tidal ? Si, si, je vous jure, il y a vraiment des gens qui se sont abonnés à Tidal. Après tout, si je suis abonné Amazon Prime, et que ça ne me dérange pas d’aligner 99 ou 149 euros d’une traite, c’est intéressant, pas vrai ?

Pas forcément. En fait, j’ai envie de dire que ça dépend de votre usage d’un service de streaming. Du temps que j’ai passé avec l’interface web et l’app mobile Amazon Music, franchement, l’expérience est assez plaisante. On trouve même quelques bonnes idées comme les contrôles de lecture permettant de passer d’un morceau à l’autre par simple balayage (avec même un petit retour haptique sympa, en tous cas sur iPhone 7). Le catalogue a l’air complet, et on retrouve une bonne partie de ses achats physiques Amazon en version numérique, ce qui est toujours appréciable.

De l’intérêt des recommandations

Mais qu’est ce qui vous fait rester sur un service ou un autre ? Personnellement, deux choses : la compatibilité avec les appareils que j’utilise en mobilité et dans le salon, et l’usage qui est fait du catalogue. Parce qu’un service de streaming, c’est un peu comme une grande médiathèque. Vous entrez dans le bâtiment, vous avez accès à des millions d’œuvres, et c’est grisant, mais qu’est ce qu’on écoute ?

A cette question, la plupart des services existants apportent des réponses personnalisées plus ou moins intéressantes. Il y a l’approche « laissez faire nos spécialistes » prônée par Qobuz et sa qualité sonore haut de gamme, mais aussi par Apple Music, reprenant un des atouts du service racheté à Beats.

Partant du principe qu’un algorithme n’aura jamais l’érudition d’un musicologue ou un critique rock, l’approche de ces services est intéressante pour les utilisateurs souhaitant découvrir des choses au sens historique du terme. Quels sont les meilleurs morceaux moins connus de David Bowie ? Les meilleures chansons produites par Brian Eno ? Un robot peut sortir une liste mais elle n’aura pas la saveur de la sélection réalisée par un spécialiste des artistes en question.

A l’inverse, Spotify mise tout sur ses algorithmes. Et il faut bien admettre que pour la génération qui vit dans l’idée du flux, celle qui se demande continuellement « qu’est ce que j’écoute après ça ? », la playlist Découvertes de la Semaine a tapé dans le mille. Les découvertes, c’est comme si quelqu’un vous apportait, toutes les semaines, une sélection de titres que vous êtes quasi sûr d’aimer, parce que si d’autres personnes qui partagent vos goûts, ça sera votre cas aussi. Pour peu que l’on utilise Spotify de manière suffisamment assidue, il est très rare que la sélection vous balance quelque chose de complètement hors de vos goûts musicaux ou que vous connaissez déjà. Ou en tous cas que vous avez déjà écouté sur le service.

Depuis, la playlist a été complétée par une autre déclinaison, le Radar des sorties. Même principe mais centré sur les nouveautés de la semaine. Et une fois qu’on a goûté à ce petit plaisir hebdomadaire, il est évidemment difficile de s’en passer, ou de basculer vers un autre service où tout cet historique serait à refaire.

Amazon Music : un potentiel encore inexploité ?

Amazon Music Unlimited a un beau potentiel de ce côté : en utilisant votre historique d’achat, il y a de quoi créer un joli graphique et vous renvoyer des recommandations parfaitement calibrées. De l’autre, si un géant a les moyens de se payer des spécialistes incollables sur n’importe quel genre musical, c’est bien celui qui a aligné les billets pour débaucher les présentateurs de Top Gear. Ce potentiel est malheureusement mal exploité pour le moment, la section Recommandations ne vous proposant que des titres pêle-mêle, et les playlists sont très génériques. Les accros aux sélections personnalisées passeront donc leur chemin pour l’instant, mais la proposition de 50 millions de titres pour 8,25 euros par mois pour les abonnés Prime demeure intéressante.