Après une année de problèmes et de licenciements, le départ du CEO, Cyanogen Inc semble sur le point de fermer ses bureaux à Seattle et de procéder à une nouvelle vague de suppression d’emploi. Difficile d’imaginer une issue favorable pour l’entreprise aujourd’hui.

Steve Kondik, co-fondateur

Steve Kondik, co-fondateur

L’aventure Cyanogen Inc. qui a débuté il y a un peu plus de trois ans, semble toucher à sa fin. Cette entreprise née de la volonté de Steve Kondik de partir du succès de CyanogenMod, une ROM personnalisée d’Android, pour créer un système concurrent à l’Android de Google et vendu aux fabricants d’appareils mobiles va, semble-t-il, très mal. On savait déjà que Cyanogen Inc battait de l’aile depuis les nombreux problèmes rencontrés par l’entreprise pour développer et promouvoir son produit, mais plus récemment par la restructuration qui avait vu Kirt McMaster quitter la tête de l’entreprise.

Aujourd’hui des sources à l’intérieur et à l’extérieur de Cyanogen Inc. ont indiqué à Android Police que l’entreprise allait fermer ses bureaux à Seattle et annoncer une vague de licenciement d’une partie de son personnel. Certains employés concernés par les suppressions d’emploi auront le choix de partir pour les autres bureaux, plus petits, de Cyanogen situés à Palo Alto en Californie.

 

Steve Kondik pourrait finalement partir

Parmi les personnes qui pourraient quitter l’entreprise, Android Police mentionne le co-fondateur Steve Kondik, mais rien ne serait encore définitivement acté. L’homme avait vu ses responsabilités se réduire avec la récente restructuration où il était devenu « Chief Science Officier », un poste sans description concrète.

A priori, le développement de CM 14.1, la dernière ROM sous Nougat (Android 7.1) est toujours en cours, néanmoins de nombreux salariés ont déjà quitté le navire. Bien souvent, ce sont les salariés les plus doués qui partent les premiers quand une entreprise bat de l’aile. En attendant, Cyanogen Inc ne communique pas beaucoup sur son état de santé, et cela inquiète la communauté.

 

Un des seuls concurrents à l’Android de Google, en dehors de la Chine

L’entreprise semble donc au plus mal aujourd’hui, malgré les récents partenariats avec WileyFox ou Microsoft. Après l’arrêt de Firefox OS en cours d’année et la quasi-abandon, pour le moment, de Microsoft, il semble que Google va pouvoir rayer un concurrent de plus de sa liste.

Pour rappel, en 2014, Kirt McMaster avait fondé Cyanogen Inc. avec Steve Kondik, alias Cyanogen. Les deux hommes ont alors développé l’entité pour mener à bien le développement de CyanogenMod, la célèbre ROM personnalisée, mais aussi Cyanogen OS, le système d’exploitation qui faisait tourner le OnePlus One, mais aussi d’autres smartphones, comme ceux de la marque WileyFox ou de Micromax.

Le lancement de Cyanogen Inc a toujours été confus

Le lancement de Cyanogen Inc a toujours été confus. Cyanogen a besoin de Google pour Android, mais Cyanogen cherche à faire sauter ses dépendances à Google. L’entreprise a donc noué des partenariats commerciaux, cherché la rentabilité et bousculé sa communauté. La commercialisation de CyanogenMod est discutée depuis 2013, et elle n’a pas été gérée correctement vis-à-vis des contributeurs. Nous avions discuté avec Guillaume Lesniak à l’époque, qui avait décidé de quitter l’aventure. Car, il faut le rappeler, CyanogenMod était – initialement – un projet sans but lucratif.

À lire sur FrAndroid : Cyanogen Inc, l’autre visage d’Android qui dérange Google