SafeSwitch, la technologie de kill switch de Qualcomm pourrait bien faire son apparition dès cette année dans les smartphones et tablettes. Tous les nouveaux SoC de la marque qui équiperont les smartphones en 2016 seront compatible avec SafeSwitch. Encore faut-il que les constructeurs adoptent cette technologie.

security-solutions

En janvier 2015, Qualcomm avait dévoilé SafeSwitch, sa technologie maison de kill switch. Pour rappel, le kill switch est une fonctionnalité permettant au propriétaire d’un smartphone de le désactiver complètement et à distance dès qu’il s’aperçoit du vol ou de la perte de son appareil. Le mécanisme est bien entendu réversible, si le propriétaire réussi à remettre la main sur son appareil. Dans 8 états des Etats-Unis, la présence d’un kill switch est obligatoire pour tous les téléphones vendus depuis l’été 2015.

 

La solution de Qualcomm

SafeSwitch de Qualcomm ajoute quelques fonctionnalités inédites. Ainsi, si le smartphone est hacké avec notamment des certificats non valides, SafeSiwtch se met en route pour bloquer le démarrage du téléphone et demander un code. Si l’appareil est volé ou perdu, le propriétaire a plusieurs possibilités : activer un code de verrouillage, localiser l’appareil, sauvegarder les données, les effacer et même désactiver le modem pour éviter que le smartphone puisse recevoir des appels. Toujours à distance, le propriétaire du smartphone peut débloquer le téléphone s’il est retrouvé.

L’année dernière, Qualcomm avait précisé que SafeSwitch était compatible avec le nouveau Snapdragon 810. Dans les faits, nous n’avons vu aucun téléphone livré avec cette fonctionnalité. Est-ce à cause d’une incompatibilité ou simplement de la volonté des OEM de ne pas intégrer SafeSwitch ? Sur la page dédiée à la fonctionnalité, Qualcomm indique désormais la compatibilité avec cinq SoC : les Snapdragon 820, 620, 618, 617 et 430. Le site ne semble pas bien à jour puisque les Snapdragon 618 et 620 ont été renommé 650 et 652 en décembre dernier.

 

2016 : l’année du SafeSwitch ?

Il y a fort à parier que l’intégration de cette fonction soit payante et que la plupart des constructeurs préfèrent se contenter du kill switch d’Android qui semble fonctionnel sur certains appareils depuis Lollipop 5.1.1 sous le nom de Factory Reset Protection. Pour le moment, aucun constructeur n’a en effet annoncé SafeSwitch sur l’un de ses mobiles. Peut-être lors du MWC à la fin du mois de février ?