Le paiement mobile sans contact fait son arrivée depuis une petite année aux États-Unis, notamment avec Apple Pay, et dans certains pays du monde. Il est toutefois impossible, pour le moment, de se passer totalement de carte bancaire, puisque le retrait d’argent au distributeur nécessite encore le précieux sésame. Une situation qui est en train de changer aux États-Unis.

Samsung Pay

Aux États-Unis, de nombreux acteurs bancaires sont en train de mettre à jour ou de remplacer les distributeurs de billets pour permettre le retrait d’argent par l’intermédiaire des smartphones. Il existe différentes solutions techniques : Bank of America développe une solution sans carte basée sur la technologie de communication sans contact NFC. Il suffira alors d’approcher son smartphone du distributeur pour faire sortir les billets. On imagine que des solutions de sécurité seront mises en place dans l’application (code, capteur d’empreintes, etc.) pour éviter la fraude. Le déploiement de ces distributeurs débute ce mois dans quelques villes comme San Francisco, Boston et New York et le service devrait se généraliser aux États-Unis dans le courant de l’année.

 

Plus de sécurité et de rapidité

Les autres banques pensent à d’autres systèmes comme Chase, qui développe la possibilité de récupérer un code d’accès sur l’application mobile à saisir sur le distributeur pour retirer l’argent. Wells Fargo souhaite utiliser Android Pay, qui générera un code à huit chiffres à taper sur le distributeur.

Tous les acteurs bancaires annoncent une meilleure sécurité, puisqu’il est alors impossible d’insérer dans les distributeurs des mécanismes qui permettent de cloner la carte bancaire ou de la pirater, un préjudice estimé à 2 milliards de dollars par an. L’autre avantage est la rapidité d’exécution, puisqu’il faut environ 10 secondes avec ces nouveaux systèmes pour retirer son argent contre environ 30 à 40 secondes avec le système classique, ce qui augmente donc la sécurité du retrait.

 

Un scanner d’iris ?

Des solutions encore plus avancées technologiquement devraient voir le jour dans les années à venir puisque Diebold, un fabricant américain de distributeurs de billets, teste pour sa part un retrait assez innovant. Le client aurait le choix d’utiliser le scanner d’iris du distributeur ou le capteur d’empreintes digitales de son smartphone. Le distributeur n’aurait donc ni écran, ni clavier et utiliserait seulement le smartphone pour interagir avec l’utilisateur. En France, le paiement mobile sans contact se fait déjà attendre, il ne faut donc pas espérer voir arriver ces distributeurs d’un nouveau genre avant quelques années.