Vous devez sûrement le savoir, RIM la maison mère qui propose les Blackberry, travaille activement sur la prochaine itération de son système d’exploitation à destination des terminaux mobiles, j’ai nommé Blackberry 10.

Au cas où vous ne le sachiez pas encore, Blackberry 10 est très attendu car RIM n’est pas dans une très bonne situation financière et BB10 est un peu la dernière chance de sauver le bateau avant qu’il ne coule. L’entreprise canadienne met donc tout ce qu’elle peut dans le développement de ce système et, à un peu près trois mois de la sortie, il y a des choses à montrer. Cela tombe bien vu que la concurrence est en pleine préparation de Noël (que RIM va rater) avec différentes annonces de terminaux toutes plateformes confondues.

RIM a donc décidé de communiquer plus activement sur son système et on a pu le découvrir plus en détails aujourd’hui au cours d’une présentation en petit comité. Faisons donc le tour des principales informations sur le système.

En préambule, il faut savoir que RIM est parti quasiment d’une page blanche avec BB10. Contrairement aux autres versions du système pour téléphones, RIM a décidé d’utiliser QNX racheté il y a quelques années pour développer ce système. La société canadienne a donc commencé à travailler sur ce système avec la PlayBook (une tablette 7 pouces) avant de se lancer dans le développement de BB10.

 

Un OS qui ressemble à Android, à quelques différences près

Quand on regarde pour la première fois BB10, on n’est pas totalement perdu par rapport à ce que fait la concurrence. On retrouve en effet les listes d’applications sous formes de petits carrés avec en dessous le nom des applications. iOS et Android le font déjà, c’est pareil ici.

Néanmoins, les apparences sont trompeuses puisque la subtilité réside dans le fait que ces listes d’applications sont secondaires. L’essentiel se trouve un peu plus à gauche, ce que RIM a appelé Blackberry Flow. Sur cette page, on va retrouver des Active Frame. Ces actives Frame sont en fait les applications que vous avez précédemment ouvertes. Vous pouvez en avoir jusqu’à huit (mais il n’y en a que quatre qui s’affichent simultanément, pour voir les quatre autres, il faudra scroller vers le bas). Ces active Frame sont des extraits miniatures des applications que vous avez ouvert, elles tournent en tâche de fond.

Sur la photo ci-dessus, on peut par exemple remarquer en bas à gauche l’Active Frame de la météo. Cet Active Frame reprend une partie des données de l’application, à savoir le temps du jour puis les prévisions à trois moments de la journée (quand l’application est en pleine page, les données donnent des prévisions du jour et des prochains jours) et le contenu se met à jour au fur et à mesure de la journée

Il n’y a que ces huit applications qui seront mis à jour en temps réel et qui tourneront en tâche de fond. Cela permet de mieux gérer la consommation d’énergie en limitant le nombre d’applications qui tournent. Pourquoi huit ? Parce que selon RIM plusieurs études ont eu tendance à prouver qu’on utilisait en moyenne six applications par jour. Et il est vrai que quand on fait le calcul, on utilise rarement plus de huit applications dans une journée ou en tout cas on n’a pas besoin de huit applications en même temps. Cette solution apparaît donc comme plutôt intelligente.

 

Toutes les relations avec l’extérieur réunis dans un seul endroit, le hub de communication

En plus de l’Active Frame regroupant les applications utilisées, RIM a décidé de réunir en un seul endroit tout ce qui concerne vos relations avec l’extérieur. Pour résumer grossièrement, ce sera l’équivalent du centre de notifications sous iOS et Android. Dans cet endroit, vous pourrez gérer vos mails, vos réseaux sociaux, savoir quels sont vos rendez-vous et recevoir les notifications des applications tierces. Pour convoquer ce menu, il suffit de swyper du bas de l’écran vers le milieu de celui-ci.

Ce geste va dans un premier temps vous permettre de sortir du mode plein écran d’une application et d’afficher les vignettes de notifications (ici on voit donc qu’on a reçu des mails, des notifications bbm, twitter, facebook, les applications tierces pourront aussi apparaître sous forme de vignettes).

Une fois dans cette configuration un swype vers la gauche vous permet d’arriver au Hub de communication.

Dans ce menu, on retrouve donc toutes nos intéractions avec l’extérieur et les développeurs disposeront des API pour intégrer ce hub. Dans le cas que l’on voit ici, on a donc BBM, des mails et des notifications d’applications tierces Facebook, Twitter et Linked In.

 

Un téléphone mais deux environnements distincts : personnel et professionnel 

Les BlackBerry étant très utilisés dans le milieu de l’entreprise, RIM a décidé d’implémenter une fonction qui permet de passer d’un mode pro à un mode perso. Concrètement, on peut passer de l’un à l’autre rapidement via un geste ou un passage par les réglages. Grâce à cette fonction, vous allez pouvoir gérer les éléments séparément suivant que ceux-ci soient personnels ou professionnels. Par exemple, en mode personnel, vous pouvez avoir vos photos de vacances. Si vous passez en mode « work », elles ne s’afficheront pas dans le flux de photos. Pareil pour le Hub Communication, certains comptes pourront être présents ou au contraire occulter suivant le mode que vous choisissez.

Une bonne manière d’avoir deux téléphones dans un seul : un pour l’entreprise et un perso que l’on utilise en parallèle.

 

L’App World, la boutique d’application compatible avec les app Android

L’image que vous voyez ci-dessous représente l’interface du Blackberry App World, la boutique d’applications de RIM. Cette boutique se démarque de ce que l’on peut voir sur les autres plateformes puisqu’elle acceptera les applications venant d’Android. L’intégration sera simplifiée pour les développeurs puisqu’il leur suffira de proposer un APK pour que ça fonctionne (à condition de ne pas utiliser les API Google comme Google Maps par exemple).

Cela réglera donc le problème de l’absence d’application au début même si petite subtilité, ce sont pour le moment uniquement les applications pour 2.3 Gingerbread qui sont supportées. Aucune information n’a été donné sur le support des applications 4.0 et 4.1. On ne sait pas non plus exactement comment les applications seront gérées dans l’Active Frame, on nous a simplement dit qu’il se pourrait que les applications apparaissent sous forme d’aperçus inactifs. En gros, ce serait comme un lien vers l’application qui prendrait la forme d’une image de celle-ci. C’est pas génial mais c’est mieux que rien. Cela va aussi certainement avoir des conséquences sur la durée de vie de la batterie. Il faudra cependant s’y habituer puisqu’avec cette possibilité, les développeurs vont être beaucoup moins tentés par le développement d’applications natives et optimisées.

A noter que RIM promet une garantie minimum de 10 000$ à chaque développeur développant une application sur BB10. On ne connaît pas les conditions exactes mais c’est surement de l’argent gagné facilement. Il faudrait creuser pour savoir exactement ce qu’il faut faire pour remplir les conditions.

Pour parler plus spécifiquement de l’application App World, on n’a pas vu grand chose, donc elle ne doit pas être finalisée encore. On peut juste remarquer des images qui défilent dans la partie supérieure et des listes dans la partie inférieure, assez classique somme toute.

 

Un clavier intelligent qui comprend ce que vous voulez écrire

Le clavier de Blackberry 10 est un clavier qui est intelligent et va apprendre de ce que vous écrivez au fur et à mesure que vous le faite. Il va aussi vous faire des suggestions de mots pendant que vous tapez les lettres. Il proposera d’ailleurs des suggestions de mots juste au dessus des lettres et il suffira de faire un geste vertical depuis la lettre vers le haut de l’écran pour confirmer le mot.

Le clavier gère aussi le multilingue nativement et même si on ne sait pas exactement comment il fait, lors de la démonstration à laquelle nous avons assisté, sur la première ligne, l’intervenant voulait écrire une phrase en anglais et le clavier ne proposait que des mots anglais tandis que sur la deuxième ligne, c’était de l’espagnol qui devait être écrit et c’était des mots espagnols qui étaient proposés. Cela semble en tout cas prometteur pour ceux qui communiquent dans plusieurs langues suivant leurs intervenants. RIM estime que 30% de ses utilisateurs ont un usage multilingue de leur téléphone.

Petit détail bien vu : le clavier ne répétera pas des termes qui sont impossibles de voir plusieurs fois dans une phrase. Il a été donné l’exemple de « I’ll » en Anglais. Exemple avec la phrase « I’ll be ill ». En début de phrase, le clavier a proposé « I’ll » une fois qu’on avait écrit le i et le premier l. Quelques secondes plus tard, après avoir écrit le « be » on a donc réécrit i puis le l et là, la proposition n’était pas « I’ll » (je serais) mais « ill » (malade). La clavier sachant qu’on ne répète pas le sujet et le verbe ne l’a pas proposé mais à, au contraire, directement été vers ce qu’on voulait, « ill ».

Il faudrait tester cette possibilité plus longuement pour voir si c’est aussi efficace tout le temps mais ça a l’air d’avoir été vraiment travaillé.

 

Un navigateur respectueux des standards

Parlons rapidement du navigateur. On a très peu vu d’élément sur celui-ci. Il a juste été démontré les performances en HTML 5 qui sont très bonnes mais le produit n’étant qu’un béta, cela ne préjuge de rien. L’interlocuteur qui nous a fait la démonstration nous a informé qu’il serait également compatible avec flash. Il faudra vérifier cette information car je ne suis pas sûr que ce soit vraiment le cas surtout que ce n’est pas forcément très intéressant sachant qu’Adobe a officiellement abandonné le support de flash sur plateformes mobiles.

 

Informations hardware, sortie et terminaux

La démonstration a été réalisée sur un modèle Dev Alpha. On ne connait pas toutes les caractéristiques mais il a en tout cas un écran tactile de 4,2″ avec une définition de 1280×720, 16 Go de stockage, NFC, Micro-SIM, Micro-USB et Micro-HDMI. Les produits qui sortiront pour le grand public devraient être assez proche de ce Dev Alpha.

Il faut noter d’ailleurs que nous attendons une annonce au tout début du mois de janvier donc ce sera très certainement durant le CES à Las Vegas.

RIM a travaillé sur deux types d’appareils :

  • des appareils à écran entièrement tactile avec une définition de 1280 x 720 pixels
  • des appareils avec clavier physique avec une définition d’écran de 720 x 720 pixels

Dans un premier temps, RIM n’annoncera que le premier modèle, le deuxième devant venir quelques mois plus tard (annoncé au MWC de Barcelone en février ?).

Il est à noter que RIM a décidé des définitions pour éviter toute fragmentation. Les applications tourneront sur les deux appareils sans souci puisque la différence entre les deux définitions est exactement égale à celle du clavier. En clair, une application 1280 x 720 affichera le même contenu sur les deux appareils quand le clavier est présent. Reste à savoir ce que ça donnera pour les jeux et les applications ne nécessitant pas de clavier.

Le PDG de RIM l’a dit, Blacbkerry 10 sera un système proposé sous licence. Aucune annonce n’est faite pour le moment pour savoir si un constructeur est intéressé, il est donc possible que ce ne soit sûrement pas le cas. Il est de toute façon un peu tôt pour ça mais on imagine que si le système est stable, des constructeurs comme Samsung ou HTC pourraient se montrer intéressés, au moins pour tester.

 

Voilà tout ce qu’on pouvait dire sur Blackberry 10 pour le moment, reste à voir ce que ça donnera en pratique. Au global, ce système a l’air intéressant surtout qu’il fait tourner des applications Android. Il pourrait certainement convaincre des personnes voulant la sécurité d’un système propriétaire et l’important stock d’applications.

Pour bien fixer les idées, voici une vidéo qui permet de mettre en mouvement tout ce dont je viens de parler.

De ce que vous apercevez, quel est votre avis ? Cela vous donne envie ? Seriez-vous prêt à troquer votre téléphone pour BB10 ?