Jusqu’à présent relativement bien fermé, Android Auto commence à céder aux attaques des développeurs « underground » et à laisser transparaître quelques faiblesses.

pioneer-avic-hack

Contrairement à Android, qui est un système ouvert, Android Auto est beaucoup plus restrictif, en partie pour des raisons de sécurité évidentes. Cela n’empêche pas certains petits malins de s’attaquer au système embarqué et d’essayer d’en tirer davantage que ce pour quoi il est prévu. Ainsi, sur les forums de AVIC411, un membre du nom de bass_rock explique comment il est possible d’injecter du code dans un Pioneer NEX.

Un moyen a ainsi été découvert pour changer les paramètres de démarrage des Pioneer NEX afin de booter depuis une carte SD, et donc de pouvoir installer plus ou moins n’importe quoi sur le terminal d’aide à la conduite. Si, pour le moment, ce ne sont là que les balbutiements du mouvement, nous ne devrions pas tarder à voir arriver une pléthore de nouvelles fonctionnalités, allant de la simple activation du WiFi aux modifications esthétiques, en passant par l’installation d’applications du Google Play Store et de ROM alternatives.

Ce qui arrivera ensuite dépendra bien évidemment de la communauté et de ses désirs. L’instigateur de ces changements appelle à l’activation d’ADB, ainsi qu’à l’ajout du support de l’USB OTG. La question de la sécurité se pose toutefois d’elle-même, sachant que ce genre de modifications peut rendre le système plutôt instable, et pourrait donc détourner l’attention du conducteur de la route.

Pour les plus curieux, la marche à suivre complète est détaillée sur AVIC411, mais s’adresse bien évidemment aux développeurs de ROM avant tout, d’autant que comme toujours dans ces cas-là, la manipulation n’est pas sans danger pour l’appareil.