C’est une nouvelle qui peut sembler anodine, mais qui risque d’avoir un impact plus profond qu’il n’y paraît. Google vient d’annoncer qu’Android N – la prochaine version majeure de l’OS mobile de la firme – délaissera ses propres API Java au profit des API open source d’Oracle basées sur OpenJDK. Pour des raisons autant d’ordre légal que technique.

androidanniversaire

Au fil des années, Google a créé sa propre implémentation des API (interface de programmation) Java pour faciliter le travail des développeurs. Si l’implémentation est propre à Google, les API utilisées appartiennent en revanche à Oracle, qui a racheté Sun Microsystems en 2010, et qui sont présentes dans le JDK (Java Developement Kit). Google vient d’annoncer que le code source d’AOSP pour Android N a été revu, afin d’implémenter les API présentes dans OpenJDK, la version open source du JDK d’Oracle, déjà en partie utilisée par Google avec Android.

 

Une décision pour faciliter le travail des développeurs

Officiellement, Google annonce que ce changement facilitera la vie des développeurs avec une seule base commune d’API : celle d’OpenJDK. Google compte également partager le code source de son implémentation d’OpenJDK au sein d’Android. Google souhaite aussi avoir un plus grand impact sur le développement d’OpenJDK en proposant des fonctionnalités qui pourraient servir à tous les développeurs utilisant cet environnement de développement, et pas seulement sous Android.

 

La bataille juridique refait surface

Officieusement, la raison pourrait se situer ailleurs. Il existe en effet une bataille juridique entre Google et Oracle depuis 2010 puisque suite au rachat de Sun Microsystems, Oracle réclamait à Google le paiement d’un milliard de dollars de dommages et intérêts. En cause : l’utilisation des API du JDK par Google. Mais pour le géant de Mountain View, les API ne peuvent pas être protégées par le droit d’auteur. Malheureusement, en 2014, un juge américain a décidé que les API d’Oracle pouvaient être protégées par des brevets, donc violées par Google. L’affaire n’est toujours pas close, puisque la Cour Suprême a renvoyé l’affaire à une juridiction inférieure. Le verdict est attendu avec impatience par toute l’industrie, l’impact pouvant être gigantesque sur l’utilisation libre, ou non, des API. En utilisant les API d’OpenJDK, Google est sûr de ne pas violer de brevets.

Quoi qu’il en soit, Android N délaissera donc totalement les API du JDK d’Oracle pour se consacrer aux API d’OpenJDK. Les développeurs devraient y trouver leur compte, tout comme les juristes de Google.