Android va remplacer iOS comme la plus importante plateforme pour les développeurs dans les 12 prochains mois, ce n’est pas moi qui le dit mais le cabinet d’analyse Ovum British. Il note également un intérêt de plus en plus fort pour Windows Phone et BlackBerry OS, et voit une évolution vers les standards du Web. Même si je ne partage pas la même opinion concernant Blackberry OS que je vois disparaître dans les trois prochaines années (conflit interne, baisse de la part de marché, difficulté d’innover), je suis également persuadé que Android n’est qu’à ses prémices.

Pourtant le timing pourrait être surprenant, Apple va présenter d’ici quelques heures ses derniers résultats. Comme de nombreux analystes, j’attends des bénéfices records et des ventes d’appareils iOS boostées. Néanmoins, l’attention se déplace pourtant vers Android qui possède la part de marché la plus importante dans la grande majorité des pays.

Le succès d’une plate-forme ne vient pas seulement par l’attraction des utilisateurs, opérateurs et constructeurs. Le succès est également porté par les développeurs tiers et l’économie qui se développe dans ce marché « des apps ».

Les faits sont là. Android s’est bien mieux vendu que iOS en 2011, ce n’était donc qu’une question de temps pour inverser la tendance. Android est aujourd’hui un éco-système en plein développement avec des perspectives de croissance impressionnantes. L’Android Market en a bien besoin, bien que le retard avec iOS soit presque rattrapé, la qualité des 400 000 applications est encore trop hétérogène. Un axe primordial pour Google qui commence à communiquer sur les guidelines d’Android.

Quant à Windows Phone, le défi actuel est de convaincre les consommateurs, mais avec un partenaire comme Nokia… On ne se fait pas (peu) de soucis.

Les développeurs montrent aussi une volonté de développer leurs applications Web en utilisant les normes. Cela permet d’avoir une application multi-plateforme sans avoir à la recoder. Le HTML5 est favorisé, tandis que les plus anciennes et plus spécifiques technologies comme Java, Flash et WAP ne devraient pas résister aux prochaines années. C’est dit.

Source : Betanews