Le nouveau visage de Bugdroid pour la prochaine version d’Android aurait-elle un peu perdu de son je-ne-sais-quoi ?

Bugdroid, le visage d’Android

Une mascotte correspond à l’identité de la marque et qui, même s’il arrive un jour qu’elle soit remplacée, doit survivre dans le temps. S’il est vrai qu’il s’agit avant tout d’une mode de la fin des années 80 et début 90, de nombreuses marques continuent d’utiliser cette méthode pour fidéliser leur public. Cela n’a pas échappé à Google et son système d’exploitation pour mobile, Android. Succédant aux multiples petits robots de Google, les Dandroids, Bugdroid est rapidement devenu le visage de l’OS Android. Il semblerait, pour l’anecdote, que ses créateurs se soient inspirés d’un personnage de jeu vidéo des années 1990, Gauntlet: The Third Encounter.

Super Oreo

En 2017, Bugdroid est toujours là et comme pour l’arrivée de chaque nouvelle version d’Android, il adopte un style en adéquation avec le nom de celle-ci et se matérialise en une figurine dans les jardins de la société de Mountain View. Le soir du 21 août, Google nous offre après un compte à rebours interminable une très courte vidéo pour nous dévoiler le nom définitif de la version 8. Comme bon nombre se doutait depuis longtemps déjà en raison des multiples rumeurs, il s’agissait bien d’Oreo. Google a signé un partenariat avec la marque de biscuits américaine et au vu de sa vidéo promotionnelle, Google a souhaité marquer le coup.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

Dans cette vidéo d’annonce, les Bugdroid assistent à la fameuse éclipse qui avait lieu au même moment aux États-Unis — on notera qu’ils ont déjà plus de classe que Donald Trump — et quelle surprise, il se trouve qu’il s’agissait en réalité d’un Oreo ! Le nouveau BugDroid fait alors son apparition, tel un sauveur, avec cape et détermination, il sauve ses compères de toutes les menaces.

Mais pourquoi diable un super héros ? Il semblerait que Google veuille montrer toute la puissance et maîtrise de son OS, notamment du côté de la sécurité, tout en suscitant une certaine attente. Il faut dire qu’elle devrait apporter quelques bonnes améliorations, même si ces dernières semblent se compter sur les doigts de la main, et encore. Nous verrons aussi dans les faits si ce n’était pas un peu trop prendre la grosse tête de la part du géant du Web. À moins qu’il s’agisse d’un vilain jeu de mot, Super Oreo – Super Héros… Ce n’est pas très, comment dire… convaincant.

Une mascotte plus humanisée

Si nous regardons d’un peu plus près la mascotte, difficile de s’empêcher de remarquer qu’elle a bien changé par rapport aux versions précédentes. Outre la cape de super héros — après tout notre mascotte a l’habitude de se travestir — c’est surtout son anatomie qui a changé. Il est plus grand, ses bras sont plus minces que d’habitude et la longueur de ses jambes n’en finit plus. Nous sommes loin de l’habituel petit Bugdroid un peu enrobé.

Ce n’est pas sans rappeler une certaine tendance qu’ont les créateurs à faire évoluer leurs mascottes un peu rondouillettes en un perso plus élancé, plus maigre, qui convient à une certaine idée esthétique. Rappelez-vous les quelques mascottes de jeu vidéo des jeux de plateformes des années 90. Souvent mignonnes et rondes avec un style très enfantin, beaucoup ont vu leur design changer en suivant une même direction. Prenez la mascotte de Sega, Sonic, qui est sans doute l’exemple le plus flagrant et le plus connu. D’une petite boule, il devient presque maigre, il a perdu ce côté mignon et animal pour glisser encore un peu plus vers un personnage plus humanisé, voire aseptisé.

Sonic the Hedgehog (1991) et Sonic Boom (2014)

Votre avis

Alors oui, bien entendu, c’est une affaire de goût ! Certain apprécieront, mais cette tendance à troquer des personnages qui avaient un certain charme et côté sympathique pour un rendu plus lisse et trop humain, il faut reconnaître que ça perd un peu de sa chaleur et d’originalité. Assez déçus à la rédaction, j’ai souhaité vous demander ce que vous en pensiez et le résultat, après plus de mille votes, nous montre que la mascotte n’a en effet pas obtenu un accueil très chaleureux.

Vous n’êtes que 25 % à la trouver mignonne, 35 % à la rejeter totalement et 40 % à trouver que « ça passe ». Ou a en avoir rien à faire. Après tout, ce n’est pas elle qui va déterminer si oui ou non la nouvelle version apportera vraiment une belle évolution de l’OS de Google. Mais quand même, la mascotte est la vitrine d’une marque, le visage dont on se souvient, la première image qui nous vient en tête dès que le nom est évoqué.