L’équipe derrière le développement de Paranoid Android tease une version sous Android O, mais dans quelle mesure faut-il se réjouir ?

À une époque, les ROM personnalisées étaient un véritable atout pour Android et bon nombre d’utilisateurs de la première heure aimaient bidouiller leur smartphone afin d’installer l’un de ces logiciels transformant son interface et ses possibilités. Puis est arrivé le framework Xposed et les dernières versions d’Android, nécessitant bien moins de changements pour être acceptables. Beaucoup de ROM alors très populaires ont peu à peu disparu des radars, comme AOKP ou encore Paranoid Android, laissant CyanogenMod (aujourd’hui LineageOS) seul représentant d’une époque révolue.

Pourtant, la ROM Paranoid Android n’est pas totalement morte. En juin dernier, une version basée sur Android 6.0 Marshmallow voyait le jour, et si nous n’avons pas eu beaucoup de nouvelles depuis, l’équipe de développement semble poursuivre son travail. En effet, sur la page Google+ de la ROM, on peut y voir une image formant l’ombre d’un O accompagnée du hashtag #stayparanoid.

Il semblerait donc que dans les prochains mois, une version sous Android O de Paranoid Android verra le jour. Mais est-ce réellement une fabuleuse nouvelle ?

Faut-il encore y croire ?

Les ROM ont désormais perdu de leur superbe, et s’il reste fort heureusement toujours des développeurs et des utilisateurs pour continuer la résistance, la communauté n’est plus aussi omniprésente qu’avant. Dans le cas de Paranoid Android par exemple, moins d’une quarantaine d’appareils, dont beaucoup sont vieillissants (Xperia Z1, Nexus 10, Galaxy Nexus…), sont officiellement pris en charge et la page dédiée aux terminaux « Legacy » (dans la mise à jour est assurée par des développeurs tiers) est aujourd’hui vide.

Bien sûr, plus de variété est toujours bienvenue, mais entre le temps de développement, la compatibilité limitée et le manque de mises à jour sur le long terme, difficile de croire encore en Paranoid Android…

À lire sur FrAndroid : Les ROM personnalisées sont-elles vraiment mortes ?