Le résumé des épisodes précédents

Bonjour, je suis Pierre Benayoun, développeur indépendant à Bordeaux. 

Je travaille depuis un peu plus d’un an sur des applications Android liées à l’Activity Tracking (actimétrie en Français).

Depuis fin mars,  je travaillais sur une nouvelle version de mon application Fit Plus. L’objectif principal était de passer d’un simple prototype à quelque chose de plus consistant avec des fonctions d’analyse de l’activité par exemple. J’avais prévu d’y passer une semaine.

L’essentiel fut assez rapide à mettre en place. Reste que la liste des choses restantes était énorme et les contretemps (dont la nouvelle version de Google Fit) nombreux.

Au final je n’ai livré cette version que 4 mois après. J’en suis à l’étape business et marketing. Je mets les pieds dans l’inconnu. Où en est-on ?

Le GIF qui résume ma semaine

Il faut savoir passer à autre chose. Faire un pivot.

A mon avis Fit Plus par lui même, sauf coup de chance extrême, ne me permettra jamais de gagner ne serait-ce que quelques centaines d’euros par mois.

Oui l’application n’est pas parfaite loin de  là : avec le recul elle m’a surtout servi de bac à sable de l’activity tracking.  Il y a donc encore du taf et je vais continuer à modifier l’application, travailler sur les aspects marketing et autres.

Mais paradoxalement le problème ne vient pas tant de la qualité du produit : au final fit plus a de très bonnes notes (4,4/5) et fait à mon avis mieux le taf que Google Fit (et ouaaaaaais) si vous voulez afficher les statistiques sur votre activité physique.

Le problème vient du fait que l’appli est gentiment sympa. Aujourd’hui cela ne suffit pas du tout.

C’est un truc dont je me doutais un peu, pas assez sûrement.

Et c’est devenu bien plus clair grâce à un double déclic.

D’abord une conversation passionnante avec Mustapha El Hayani autour du positionnement Marketing.

Ensuite cet article en anglais  d’un développeur de jeu indépendant. Il pensait avoir mis toutes les chances de son côté et a fait…150 ventes sur Steam.

Et donc ce déclic ?

A l’envers

En tant que client potentiel, on peut regarder le commerce de la façon suivante :

  1. J’ai un problème que je ne peux/veux résoudre moi même :
    Je veux manger du pain mais je n’ai pas envie/je ne sais pas en faire
  2. Je cherche une solution et donne de l’argent en échange :
    Je vais chez un boulanger et je lui achète un pain de 500.

Dans le monde des applications/startups, cette représentation est TOTALEMENT fausse. Si des gens ont un problème bien identifié et qu’ils sont prêts à payer pour ça, il y a 99,9 % de chance que quelqu’un y ait déjà répondu.

Le système peut même être totalement inversé :

  1. J’ai une idée/j’ai développé une solution :
    je viens de finir une appli qui vous donne des informations sur votre activité physique
  2. Je cherche des utilisateurs qui me feront gagner de l’argent avec :
    Je crie ou je peux que mon appli est bien et j’espère que la pub va me rapporter de l’argent

Les doigts dans le nez

Pour la première étape, il est de plus en plus facile de passer de l’idée à la solution : sur Android par exemple le logiciel qui permet de créer des applications, Android Studio, est totalement gratuit et il existe des tonnes de tutoriaux, documents et bibliothèques tout aussi gratuits qui vous aident à la programmer.

De plus ce qu’il y a de fou avec le numérique en 2015 c’est que la distribution de votre produit n’est presque pas à prendre en compte. Il m’a couté 22 € en tout et pour tout pour avoir un compte développeur chez Google. Avec celui-ci je peux distribuer gratuitement autant d’applications que je veux dans le monde entier.

Si par le plus grand des hasards 50 000 Japonais téléchargeaient mes applications du jour au lendemain Google gérerait entièrement l’acheminement sans même que je m’en rende compte.

En guise de comparaison imaginez un boulanger bordelais à qui on commanderait 50 000 pains de 500 à livrer le lendemain dans 50 000 adresses différentes au Japon.

Hey ho, je suis lààààààà !

Cette démocratisation a un effet inattendu : il y a un million d’applications rien que sur le Google Play. Tout le monde peut publier et ne se gêne pas ! Des entreprises, des développeurs(se)s indépendant(e)s, des étudiant(e)s de Bordeaux, Nairobi, Sao Polo, Brisbane ou Yokohama.

Et donc les chances sont maximums pour que, quel que soit le sujet, vous ayiez des concurrents (et quelquefois beaucoup)  dont des gratuits.

Bref y’a du monde et il faut crier très fort pour se faire entendre. Si certains ont des budgets colossaux pour se mettre en avant  la plupart n’ont que quelques heures par semaine pour bricoler un truc via Twitter ou autre.

Résultat personne ne sait que votre appli existe, donc personne ne la télécharge, donc elle n’apparait pas en haut des recherches quand on tape les bons mots clés sur Google et…la sauce ne prend jamais.

Oui je t’ai vu et ?

Il y a pire.

En admettant que par miracle un journaliste vous remarque, vous n’êtes pas sorti de l’auberge.

Le problème est arrivé à Azendoo, ils s’en sont très bien tirés depuis mais Fred Castagnac leur responsable marketing l’explique très bien ici :

Vous avez un bon produit, vous passez dans TechCrunch (la biiiible des startups : 5 000 000 de followers sur twitter !) et vous avez…150 téléchargements.

Ça fout la trouille non ?

Donc non seulement il faut se faire voir mais ça ne suffit pas forcément…Pourquoi ?

Quelques exemples  :

  • L’utilisateur a l’impression que l’appli/startup ne fait pas le job :
    Mauvaise note, peu de téléchargements (d’ou le cercle vicieux), copies d’écrans qui ne donnent pas envie, application qui ne fait vraiment pas le job.
  • L’utilisateur a l’impression que le produit n’apporte pas beaucoup plus qu’une application qu’il connait/utilise :
    Clones/Variations de Facebook par exemple. J’insiste sur le beaucoup, Fit Plus fait à mon avis mieux que Google fit mais pas beaucoup plus !
  • L’utilisateur a l’impression qu’il n’a pas le besoin d’utiliser votre application :
    Vous pouvez être un dieu vivant de l’UX et du dev, une application donnant la météo complète de Mortiers en 1954 a peu de chance de passionner les foules. Plus sérieusement une application comme Runstatic ne concerne pas les nons coureurs.

Vous remarquerez qu’à chaque fois je dis « l’utilisateur a l’impression » : Ca peut être horrible, vous avez une startup qui a un super produit qui conviendrait parfaitement à des milliers de personnes  mais les rares qui passent sur le site, tombent sur un screenshot qui ne leur dit rien et s’en vont au bout de 10 secondes.

Et donc ce pivot ?

Ce problème de visibilité est finalement commun aux devs indés, aux startups, aux auteurs de BD voire aux groupes de rock et aux artistes en général. Et personne a trouvé la solution miracle.

Mais y’a une piste que cet article explique très bien : Arreter d’être mou.

je résume rapidement : on augmente ces chances de succès si le produit brise le consensus, incarne une vision avant d’être un outil.  Mais franchement relisez l’article !

Fit Plus n’est qu’une énième application d’activity tracking, elle est mollement mieux que Google Fit.

Je travaille donc  à une application qui serait une version bien plus punchie de Fit Plus.

Il va falloir que l’application sorte vraiment du lot pour qu’on me distingue, me télécharge, m’apprécie.

Et si j’ai mon idée je ne tombe pas dans le piège du développeur, je commence par une…note d’intention. On en reparle très bientôt 😉

Fit Plus : les Chiffres

Comme toutes les semaines un point sur les chiffres (encore ridicules) de Fit Plus. Je vais à l’essentiel car les choses ne bougent pas beaucoup.

Les statistiques de Fit Plus au 31/08 :

  • Nombre total de téléchargements : 689 (+ 10%)
  • Revenus totaux : 5€91 (+0,17 % )
  • Si ça continue comme ça, je serai millionnaire en l’an de grâce 192 208 (+ 72 000 et des poussières)

Le rappel qui pique :

Au doigt mouillé pour faire gagner un salaire de 2000 € net à une personne par mois avec un business model basé sur la pub ont doit avoir entre cent et deux cent mille téléchargements.

Share all the datas !

Vous pouvez retrouver toutes les stats ICI !

Et pour télécharger mon app qui fait le taf !

Fit Plus
Libérez vos données Google Fit™ avec Fit Plus !Fit Plus est le meilleur moyen de gérer vos données sous Google Fit :- Données cachées à propos du temps en véhic...
Le Cabinet Numérique 0

Et pour me suivre

Le joli feed RSS