Il y a quelques années, la majorité des smartphones pouvaient jouer le rôle de récepteur radio pour capter les ondes FM. Mais on trouve de moins en moins d’appareils capables de capter les radios émises sur les ondes très hautes fréquences. Que faut-il pour avoir un smartphone compatible FM et quelles alternatives existent ?

Radio FM smartphone

Plusieurs millions d’auditeurs écoutent chaque jour la radio en France. Les MP3, le streaming musical ou encore les podcasts n’auront donc pas (encore ?) eu la peau des radios FM dont certaines existent depuis plusieurs dizaines d’années, ce qui nous ramène au siècle dernier ! Les radios ont donc encore de beaux jours devant elles et les auditeurs souhaitent pouvoir en profiter n’importe où : à la maison, en voiture ou encore dans les transports en commun. Les smartphones prennent une place de plus en plus centrale dans nos vies, il est donc normal que les auditeurs souhaitent écouter la radio sur leurs téléphones. Encore faut-il disposer d’un smartphone qui puisse réceptionner les ondes FM des radios …

Le récepteur FM : la pièce maîtresse

Pour réussir à capter les radios FM, le smartphone doit comporter un récepteur FM. Bien souvent, ce dernier se retrouve directement dans le SoC ou alors en tant que puce externe. Par exemple, si l’on en croit la documentation de Qualcomm, il semblerait que les Snapdragon n’incluent pas de récepteur FM. Il faut alors passer par une puce externe au SoC (mais interne au téléphone), contrairement à MediaTek qui intègre parfois le récepteur comme par exemple dans son MT6592. Si le récepteur FM n’est pas inclus dans le SoC, le constructeur du terminal doit donc faire appel à une puce dédiée, qui coûtera de l’argent et prendra de la place sur la carte mère. Ce qui explique donc pourquoi tous les téléphones ne sont pas compatibles avec les radios FM. Il faut alors bien contrôler ce point lors de l’achat, en vérifiant sur la fiche technique du mobile s’il peut capter les ondes FM. Mais il ne suffit pas seulement du récepteur pour pouvoir profiter des ondes FM.

radio

En plus d’un récepteur FM, le smartphone doit comporter des antennes pour pouvoir capter les radios. Celles-ci ne sont jamais intégrées dans le téléphone puisqu’elles doivent être particulièrement longues pour capter le signal. C’est en fait le câble des écouteurs qui fait office d’antenne et il est possible d’utiliser n’importe quel casque ou paire d’écouteurs. Plus le câble sera long et meilleure sera la réception. Il sera donc impossible de se servir de la radio sans brancher sa paire d’écouteurs. Toutefois, certaines applications permettent de faire sortir le son du haut-parleur du téléphone même si une paire d’écouteurs est branché. Car oui, il faut une application.

C’est le troisième élément de l’équation après le récepteur FM et la paire d’écouteurs : l’application. Bien souvent, lorsque le téléphone supporte les ondes FM, le constructeur intègre une application permettant de piloter le récepteur, de chercher les radios parmi les fréquences disponibles et de les enregistrer en favoris. Si aucune application n’est disponible, il est toujours possible de trouver sur le Play Store des applications jouant le rôle de tuner mais qui ne sont pas forcément compatibles avec le récepteur du téléphone.

Les webradios à la rescousse

Votre téléphone ne contient aucun récepteur FM ? Les webradios sont la solution. Il existe en fait deux types de webradios : les grosses stations de radio (comme NRJ ou France Inter) qui émettent sur Internet en direct les programmes qui passent sur les ondes FM et de l’autre côté, des milliers de webradios indépendantes qui n’existent pas sur les ondes FM. Avec son smartphone, il est possible de recevoir ces deux types de webradios, via sa connexion 3G/4G ou Wi-Fi. Il suffit de télécharger l’application de la radio, de la lancer, et de profiter des programmes via Internet et le modem de son smartphone et non pas via les ondes FM. Il existe également certaines applications qui regroupent plusieurs webradios pour éviter de télécharger de nombreuses applications différentes. Si les webradios ont l’avantage de ne pas nécessiter la présence d’un récepteur FM, elles ont néanmoins plusieurs inconvénients.

webradio

Puisque les webradios passent par Internet, il faudra bénéficier d’un forfait data conséquent si vous souhaitez écouter de manière prolongée la radio. En effet, en 5 minutes d’écoute de France Inter, notre téléphone a consommé 6 Mo de données. D’autant plus que la qualité sonore (et donc la quantité de données utilisée) n’est pas paramétrable. Pour une heure d’écoute, ça nous donne donc environ 70 Mo de données consommées. Attention donc à bien choisir votre forfait dont les quotas de données fluctuent de quelques dizaines de Mo à quelques milliers (20 Go pour Free en 4G). L’autre point noir des webradios, c’est qu’il faut être dans une zone plutôt bien desservie en réseaux mobiles. En Edge ou en GPRS, il est assez délicat d’écouter une webradio dans de bonnes conditions alors que les ondes FM sont plutôt bien captées sur tout le territoire. En revanche, en 3G ou en 4G, la qualité d’écoute sera supérieure aux ondes FM.

Les podcasts : la radio hors ligne

Une dernière possibilité, qui demande plus d’organisation, c’est l’utilisation des podcasts. Pour ceux qui ne connaissent pas le principe, les podcasts sont des émissions audio qui peuvent être téléchargées directement sur le smartphone. De cette manière, il est ensuite possible d’écouter les podcasts même en l’absence de connexion Internet puisque le fichier sera déjà présent sur le téléphone. La plupart des radios FM proposent sur leur site Internet leurs émissions au format podcast. Il faudra juste penser à télécharger les podcasts avant de voyager sous peine de ne rien avoir à écouter en l’absence de réseau mobile ou de récepteur FM.