Si du côté grand public les opérateurs se battent sur la couverture 4G de leurs réseaux (une évolution que nous suivons mois après mois) ils préparent également en coulisses les technologies qui formeront la base de la 5G. C’est le cas d’Orange qui annonce aujourd’hui un partenariat technologique avec Ericsson.

5G-Orange

La 5G a été au centre des discours des marques au dernier MWC en début d’année, même si la 4G est encore loin d’avoir dit son dernier mot. Il reste d’ailleurs encore aux constructeurs de belles cartouches, puisque le modem X16 de Qualcomm qui sera présent dans leur Snapdragon 830 devrait permettre par exemple d’atteindre des débits de 1 Gbps en débit descendant et 150 Mbps en débit montant.

Le débit, mais pas uniquement

Comme nous l’expliquions dans notre dossier sur les promesses de la 5G et ses applications concrètes, bien que cette technologie puisse atteindre des débits records, jusqu’à 12Gbps, ce ne sera pas son objectif principal. Et c’est d’ailleurs là le sens du partenariat entre Orange et Ericsson, puisque l’opérateur (qui réalise déjà des tests en 5G) précise que ce partenariat permettra l’élaboration de briques technologiques 5G ainsi que d’expérimentations et de projets pilotes à compter de 2017, dans différents cas d’application tels que :

  • Accès Internet sans fil multi gigabit pour les environnements périurbains et ruraux,
  • Internet des objets (IoT) pour des environnements industriels critiques ou des usages au quotidien afin de soutenir la transformation numérique des différentes industries et de la société,
  • Solutions de couverture mobile ultra large,
  • Voitures connectées.

À lire sur FrAndroid : 5G : À quoi ressemble l’avenir des réseaux mobiles ?

 

5G vs LoRa et Sigfox

C’est évidemment les applications IoT (les objets connectés) et M2M (machine to machine) qui devraient tirer le plus parti des innovations de la 5G, qui promet une très forte amélioration de l’efficacité énergétique ainsi qu’une virtualisation des fonctions réseau pour une plus grande sécurité des appareils connectés. Les technologies 5G pourrait d’ailleurs disrupter les réseaux IoT déjà présents en France, tels que LoRa (un type de réseau utilisé par Bouygues Telecom et Orange) et SigFox.

En effet, face à ces réseaux existants, la 5G pourrait apporter une bien meilleure couverture grâce à son architecture. Elle permettrait aussi une plus grande flexibilité sur les appareils et les antennes grâce à une une technique de modem logiciel afin d’adapter les débits à la situation, une fonctionnalité qui se retrouve chez LoRa et Sigfox mais avec un débit maximal beaucoup plus faible.

 

Un réseau 5G presque existant

La 5G devrait être mise en service très vite, puisqu’il sera possible d’utiliser les antennes actuelles et même les fréquences qui sont pour le moment réservées au réseau cellulaire 2G, 3G et 4G. En fait, on trouve déjà des bribes de 5G dans la 4G, avec par exemple des modems à très basse consommation qui supportent des nouvelles catégories (LTE Cat 0, Cat 1, NB-IoT et eMTC) de la 4G plus adapté aux objets connectés. Quoiqu’il en soit, la sécurité de ces millions de machines sera un enjeu primordial afin que l’internet des objets ne se révèle pas être notre pire ennemi.

lte-cat-0